Recherche

Je me disperse

Essais & erreurs à la recherche de qui je suis

Mon double positif

C’est un homme.

Grand et fort. Sûr de lui. Sportif. Magnétique. Séduisant.

Il enchaine les coups d’un soir, ne s’engage pas, joue le sentimental en parlant de ses ex. Il n’a pas d’enfant, dit en vouloir, ne fait rien pour, n’aurait pas de temps pour eux.

Un peu mytho aussi. Ou plutôt non : c’est cette façon de vivre et de rapporter ses expériences – des plus anodines aux plus extraordinaires – qui rend (le récit de) sa vie un peu exceptionnel.le.

Il réussit bien dans son boulot : il obtient ce qu’il souhaite, est apprécié, valorisé, les gens veulent bosser avec lui et les opportunités tombent.

On s’entend bien. On se comprend aussi. A demi-mot. Il y a une connexion particulière entre nous.

Comme s’il était mon double, le versant de ma vie qui aurait fait tous les choix inverses aux miens.

Et il a l’air plus heureux.

Publicités

Cette sombre passagère clandestine

C’est une présence constante, une partie de moi qui se distingue du tout sans jamais vraiment me lâcher, un morceau de mon cerveau qui pulse ses angoisses, ses trop-pleins, ses contrariétés…

Je lui parle souvent, comme à une sœur ennemie : proche et rivale à la fois. Esther.

Mais je ne lui dis pas tout, de peur qu’elle ne sorte de l’ombre pour me terrasser de longues journées durant. Elle a un don pourtant : celui de sentir tout ce qui est bancal en moi, tout ce qui me blesse ou me tiraille sans que je veuille le reconnaître.

La migraine.

Depuis 20 ans. Plusieurs jours par semaine. Une douleur qui peut m’abattre jusqu’à 5 ou 6 jours d’affilée.

C’est quoi la migraine ?

Non, ce n’est pas un simple mal de tête avec lequel on Lire la suite

Carte postale #27 – Avignon

Par un court week-end de Novembre, un grand besoin d’air nous a soufflé jusqu’en Avignon… et nous n’avons pas été déçus !

Temps mitigé, vent puissant, paysages sublimes et palais somptueux. Deux journées vivifiantes en famille pour terminer l’année sur une note positive  🙂

avignon

En nous souhaitant de nombreux week-ends surprises pour 2018 😉

Euphrosyne.

PS: et toi, c’est quoi ta dernière destination « coup de tête » ?


cartes postales euphrosyne

Les cartes postales, c’est un rendez-vous mensuel occasionnel mais toujours le premier samedi du mois ^^

Découvre d’autres destinations en cliquant sur le macaron…

Les stats, mon blog et moi

Il faut croire que ce blog n’est pas mort… malgré l’absence de billets récents, malgré mon assiduité virtuelle qui s’effiloche et l’envie qui n’est plus tout à fait là.

J’empoigne aujourd’hui mon clavier parce que ce blog, je l’aime. Je l’aime mal mais je l’aime. Comme il est. Avec ses maladresses et ses rares pépites.

Il dit tant de moi… C’est davantage qu’un journal intime et beaucoup moins qu’un blog d’auteure. Juste une porte ouverte de mon cœur directement sur le monde et les autres, vous.

Comment ça a commencé ?

J’ai découvert la blogosphère parentale avec la naissance de ma fille, comme tant d’autres avant et après moi… et comme tant d’autres avant et après moi j’ai voulu y ajouter mes mots / maux : c’est libératoire, infiniment.

Je voulais beaucoup de visibilité forcément. J’ai pensé concours, tests produits et humour grinçant pour faire comme les autres.

Mais je ne suis pas comme les autres alors j’ai bifurqué.

Je n’aime pas vendre mon âme aux marques au diable et je trouve beaucoup trop jubilatoire d’être totalement vraie, c’est si rare.

Je ne sais pas faire les choses pour l’argent, pour les faveurs ou pour les autres. Ce que je fais, je le fais pour soigner mon enfant intérieur, il n’y a pas

Lire la suite

L’été indien

Il fait beau alors ils ont quitté le boulot un peu plus tôt pour profiter du soleil sur leur peau. Ils ont pris le chemin des écoliers et pédalent tranquillement dans les sous-bois quand F. bifurque subitement.

« Suis moi ! »

Il tourne encore sur un sentier plus étroit. L. sent immédiatement le désir monter et son sexe mouiller. L’attitude de F. est toujours sans équivoque.

Ils posent pied à terre. F. se retourne vers L. avec un sourire immense et mutin. Elle lâche son vélo sur Lire la suite

Séance de torture

« Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement ! »

Je devais avoir à peine 10 ans quand j’ai entendu cette sentence pour la première fois. En sixième sûrement, alors que je venais de rentrer au collège avec une grosse année d’avance, laissant mes copines à l’école primaire et m’accablant d’une pression à la réussite complètement démesurée.

« Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement ! » lança-t-elle sur un ton pincé, à la fois agacé et déçu. Le livre claque, elle me le tend.

« Tu ne la sais pas. Appelle-moi quand tu la sauras. »

La porte se referme.

Je pourrais sûrement lui dire que « savoir » n’est pas « comprendre ».

Je pourrais lâcher l’affaire puisque de toute Lire la suite

Citation éphémère #8

A cet instant précis, j’ai pensé cela : de certains mots, de certains regards, on ne guérit pas. Malgré le temps passé, malgré la douceur d’autres mots et d’autres regards.

D. de Vigan – D’après une histoire vraie

Equilibre vie pro – vie perso (à temps partiel)

J’ai rejoins le projet collectif Maternités féministes pour parler de temps de travail. Si le thème vous interpelle, vous trouverez d’autres témoignages sur le site.

Retrouvez mon billet en cliquant sur l’image !

 

maternites_feministes_temps de travail

Bonne lecture !

Le cœur plein d’ecchymoses

Il ne te contactera pas.

Le plus difficile, c’est sans doute de savoir qu’il n’y aura pas d’aléas.

Inutile d’espérer un message, de sursauter à la moindre vibration, de retourner ton téléphone toutes les 40 secondes à la recherche désespérée d’une notification quelconque.

Il ne tentera pas de te parler, de te faire un signe, de savoir comment tu vas. Aucune inflexion. Il ne laissera rien paraître d’avoir été blessé ou seulement touché. Hors d’atteinte.

Rien.

Il n’essaiera même pas mais le temps est ton allié.

Si tu recevais un message, s’il tentait

Lire la suite

WordPress.com.

Retour en haut ↑