Recherche

Je me disperse

Essais & erreurs à la recherche de qui je suis

Article 353 du code pénal – Tanguy Viel

Je le sais, mon écriture n’est pas assez imagée. Elle s’en tient aux faits et perd parfois en résonance.

article353Dans cet ouvrage, Tanguy Viel fait tout l’inverse. Il ne donne à voir que des images, les enchaîne et les multiplie. Pour une situation, un sentiment spécifique, on se paluche 3 ou 4 images différentes si bien que j’ai dû, à plusieurs reprises, remonter de quelques lignes pour trouver de quoi il était question.

Et pour raconter quoi ? Martial Kermeur a Lire la suite

Impuissance et patience

Pour comprendre ce qui se trame ici, je vous conseille vivement de lire ceci et cela sous peine de ne riiiiien comprendre à ce que je raconte ici…

Ce jeudi-là, je suis partie confiante. Je n’avais pas envisagé d’autres possibilités. Mais quand l’échographe a asséné : « Il y a une rétention trophoblastique. » Je me suis dit – sans comprendre pourquoi :/ – que ce n’était pas une bonne nouvelle.

3 semaines après la prise médicamenteuse pour IVG

Je suis un peu tombée des nues. Pour moi, on devait juste vérifier que tout allait bien… et passer à autre chose !

Elle me dit : « C’est gros, il va sûrement falloir envisager la chirurgie. » Enfin, il fallait attendre l’avis du généraliste, le lendemain matin…

Je n’ai pas peur de Lire la suite

Carte postale #23 – Barcelone

Ce mois de mars 2017 était attendu depuis longtemps !!! Week-end entre copines sans mari, enfant ou compagnon d’aucune sorte… Liiiiiiiiiiiiibres ^^

Nous avons eu plusieurs mois à trouver une date, nous entendre sur la destination, réserver nos vols, choisir un hébergement et jusqu’au dernier moment, j’ai cru que je ne pourrai pas partir ! (J’y reviendrai sûrement…)

J’ai un peu nagé à contre-courant mais j’ai profité à fond des papotages intempestifs, du soleil radieux et des longues balades dans la ville.

carte postale barcelone espagne

Parler espagnol, se bâfrer de tapas, rester sobre comme une bande de moineaux, ressortir les vieux dossiers et manquer de sommeil. Même si l’équipe n’était pas au complet 😦 nous nous sommes retrouvées égales à nous-même pour célébrer ces 15 années d’amitié !

Besitos,

Euphrosyne.

PS-IRL : merci les filles, vous n’imaginez pas comme cette parenthèse a été lumineuse pour moi… on remet ça quand ???


cartes postales euphrosyne Découvrez d’autres cartes postales en cliquant sur le macaron.

Et ne manquez pas la participation de Fleur de Lys avec une explosion de couleurs guatemaltèques !

 

Citation éphémère #6

Ne vous souciez pas de n’être pas remarqué ; cherchez plutôt à faire quelque chose de remarquable.

Confucius

Avorter et tourner la page

Je dors mal depuis quelques semaines. Je comprends maintenant pourquoi.

Cette nuit-là a été agitée, mais pas plus que les autres finalement.

Et au réveil, mauvaise surprise : MiniJoie a l’œil rouge et gonflé… Il va falloir caser un rendez-vous chez le pédiatre ! Encore un mercredi reposant qui s’annonce ^^

Papaidi garde les enfants pendant que je me rends à l’adresse conseillée par le planning familial la veille.

Je découvre sur la plaque qu’il s’agit d’une généraliste (sa remplaçante en fait). Je m’attendais à une gynécologue. Encore un préjugé (et j’avais mal lu le document, c’était pourtant écrit…)

Un quart d’heure d’attente.

Elle est calme et posée, me rappelle toutes les informations que je dois légalement

Lire la suite

Et certaines choisiraient l’IVG comme moyen de contraception ?

A mesure que cette expérience se déployait à travers moi, j’ai su que j’allais devoir l’écrire mais la publier ? Pour faire passer quel message au fond ?

Militer pour le droit à l’avortement ? Me lancer dans un plaidoyer pour la contraception ? Déconstruire les clichés qui accompagnent ces thèmes ? Trouver une légitimité dans le choix que j’ai fait ?

Rien de tout ça précisément je crois… Juste raconter ce parcours si secret bien qu’ordinaire me semble indispensable : ce blog est là pour dire, pas pour taire. Les épreuves de femme y ont leur bonne place.

Et pourtant, je ne sais pas bien par où commencer : ma position par rapport à l’avortement, les raisons de mon choix, le récit linéaire de mon aventure, une sélection des pires moments…

Comment le raconter ?

Tant pis, je me lance et

Lire la suite

Carte postale #22 – Vienne

Vienne est une destination séduisante pour un week-end, y compris lorsqu’il fait mauvais temps grâce aux agréables cafés… viennois 🙂

Malgré tout, je vais faire ma pimbêche mais j’ai préféré Prague ! qu’on avait visité presque jour pour jour l’année précédente et que j’avais trouvé plus charmante…

Ceci étant dit, on a passé une excellent semaine sous un soleil radieux (le mois de mars nous avait aussi porté chance à New York !).De somptueux parcs et édifices royaux (impériaux ?) témoignent de son riche passé. Concert de musique classique et escalope viennoise : nous n’avons évité aucun cliché 😉 mais ma visite préférée aura sans hésitation été son cimetière central !

Retour en 2011 et sans enfants.

carte postale vienne

Ce petit rappel me donne tout de même une immense envie de prendre l’air : ça tombe bien, je vais bouger au mois de mars 🙂

Amitiés,
Euphrosyne.


cartes postales euphrosyne Retrouvez les cartes postales tous les premiers samedis du mois ici et aussi chez

Niya dans le Golfe du Morbihan

La fleur de Lys à la Réunion

et Bambini en Toscane.

Citation éphémère #5

La lecture apporte à l’homme plénitude, le discours assurance et l’écriture exactitude.

Francis Bacon

Le syndrome E – Franck Thilliez

J’ai découvert cet auteur par hasard : un jour de pluie à Lille (!), nous entrons nous réchauffer dans l’immense librairie de la Grand’Place, buttant sur une immense table consacrée à cet inconnu 😉

J’ai retenu son nom et il m’a fallu quelques mois pour qu’il remonte dans ma PAL.

le syndrome E - franck thilliez fleuve noirEn quelques mots : 2 héros – personnages récurrents de l’auteur – enquêtent sur 2 affaires connexes : un film troublant qui semble porter la poisse et un quintuple (!) homicide révélant une barbarie sans nom… Lucie Hennebelle et Franck Sharko s’épaulent pour mettre au jour un monde obscur fait de violence et de cruauté sous couvert de recherches scientifiques.

Le lecture est fluide : le style est travaillé sans être difficile à suivre. Malgré certaines formules un peu pompeuses, on décèle de jolies tournures, enthousiasmantes dans un polar !

Mais ses mâchoires restaient, pour le moment, bien trop paralysées pour fabriquer des mots tendres.

L’efficacité de l’intrigue est incontestable : beaucoup de noirceur, ce qu’il faut de gore, un léger excès de théorie du complot, un soupçon de sexe, quelques voyages et un rythme soutenu. Rien à dire, j’ai aimé. J’y reviendrai.

WordPress.com.

Retour en haut ↑