Communication parent-enfant : 5 astuces pour revenir aux fondamentaux

La période que nous venons de traverser (et que nous traversons encore) nous a confronté à nos enfants : H24, semaines complètes, enseignement compris. J’imagine que peu de parents ont signé pour ça ! En tout cas, pas moi… Et s’il y a une chose en laquelle je crois profondément, c’est l’adage qui dit que

« il faut tout un village pour élever un enfant ».

Cela pose souvent des cas de consciences : les gens qui nous entourent, ceux auxquels on est susceptibles de confier nos enfants, ne cochent pas nécessairement toutes les cases (bienveillance, tolérance, ouverture d’esprit, patience, etc.). Et pourtant, j’ai fini par me résigner à laisser mes enfants se faire leur propre opinion. D’abord parce que je suis loin d’être parfaite et que les laisser s’éloigner me permet de recharger les batteries et de revenir meilleure.

Ensuite parce qu’il s’est agi très vite – en ce qui me concerne – de les confier à leurs grands-parents : en y réfléchissant bien, j’ai crains que l’effet papillon d’une rupture avec eux serait une idéalisation future de la part de mes enfants pour leur aïeux bien-aimés…

Ensuite, aussi parce que le choix des nounous se fait en quelques minutes alors que les enfants passent avec elles des journées entières et finalement, parce que j’ai choisi l’école publique avec son cortège d’avantages et d’inconvénients…

Le fait est que je me rends compte que certaines attitudes que je réprouve chez les adultes qui les accompagnent sont identifiées, analysées et discutées en famille et apportent finalement beaucoup de choses à leur éducation !

Bref, le fait est que le village a été confiné et que nous avons dû faire face à leur éducation à 100% pendant 7 semaines…

Il y a eu des jours où j’ai trouvé ça dur, très dur.

Dans ces cas-là, j’essaie de reprendre les basiques, ces « astuces » que j’ai glanées depuis que je suis

Lire la suite « Communication parent-enfant : 5 astuces pour revenir aux fondamentaux »

Le parent par défaut, c’est moi… et il faut que ça change !

Le papa de mes enfants est génial, je n’ai pas grand chose à lui reprocher : calme, patient, attentionné, disponible, il passe un temps fou avec sa grande fille – piscine, square, trottinette…, change les couches du bébé, donne le bain, prépare les repas de toute la famille, se lève la nuit, fait les courses, gère le stock Lire la suite « Le parent par défaut, c’est moi… et il faut que ça change ! »

Les nouveaux pères en perte de repères ?

Il y a des jours où on tombe sur un super article : Les nouveaux pères ne sont pas des gens fabuleux : rafraîchissant, encourageant, revigorant et j’oserais presque dire novateur si ça n’allait pas à l’encontre de la thèse de son auteur…

Mais ce même article pointe vers un autre Les nouveaux pères sont-ils trop mères ? et celui-ci est consternant ! Il y est dépeint, en creux, le portrait d’un couple parental totalement caricatural, directement tiré des années 50…

On y parle de « rôle » : celui de la mère, celui du père.

Le père incarne l’autorité et structure la personnalité de l’enfant. C’est lui qui l’introduit dans la société des hommes. Il stimule sa motricité. Il impose les limites et constitue la figure d’identification sexuée.

De son côté, la mère change les couches, donne le bain et prépare de bons petits plats. Elle enferme l’enfant dans une relation exclusive, « tactile » et câline, qui le coupe du monde extérieur. Elle est permissive et conciliante.

Le rôle traditionnel du père, tourné vers l’autorité, s’estompe au profit d’une paternité plus « féminisée », voire maternelle. Ces pères aiment avec plus d’intensité et moins de distance, car ils changent les couches, rassurent les plus petits la nuit, organisent des goûters, etc. Dans leur relation à l’enfant, ils s’approprient donc des comportements originellement réservés aux femmes. Toutefois, ces hommes doivent rester, malgré cette mutation, des personnes structurantes et dépositaires de l’autorité.

L’auteur insiste alors sur la mutation du rôle du père et le « risque de confusion » alors induit par un père  Lire la suite « Les nouveaux pères en perte de repères ? »

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑