Le mythe de la jambe derrière la tête #yoga

Je parle souvent de yoga sur ce blog finalement… Il faut reconnaître que c’est l’un des chemins les plus valables pour lutter contre une fâcheuse tendance à se disperser ^^ Ce n’est pourtant pas un chemin facile, loin de là.

Aujourd’hui, j’ai tout particulièrement envie d’en parler puisque je viens de débuter une formation de prof de yoga. En soi, ce n’est pas le meilleur moyen de cesser la dispersion parce que non, je ne compte pas enseigner…

Je ne dis pas non plus « jamais » (parce qu’il ne faut jamais dire jamais et) parce que peut-être cette formation révélera quelque chose de moi mais j’y crois peu.

Mon objectif est d’abord d’avoir un objectif i.e. trouver une porte pour sortir de cette fichue dépression. Les petits plans sur la comète que j’avais élaborés jusque-là se cassant consécutivement la gueule grâce à cette crise sanitaire de merde, j’ai décidé de revenir au fondamentaux – cette pratique qui me tient depuis 20 ans malgré mon irrégularité – et de me lancer dans une formation sur laquelle je lorgne depuis des lustres (enfin 1 lustre environ).

Eh bien, c’était génial !!!

Pourtant je m’en suis rendue préalablement malade : j’ai eu peur de ne pas être « au niveau », d’être ridicule, de ralentir le groupe, d’avoir été

Lire la suite « Le mythe de la jambe derrière la tête #yoga »

Proust aurait-il été bouddhiste ?

Comment peut-on prétendre aimer les classiques et ne pas avoir lu « la Recherche » ?

Peut-être parce que chaque oeuvre classique est un pavé, d’une exigence souvent supérieure à la prose de nos contemporains et que je n’avais pas reçu le déclic qui m’incite à choisir celui-là plutôt que celui-ci. Parce qu’il ne suffirait pas d’une vie pour tout lire et qu’il y a forcément des impasses. Peut-être qu’il y a un temps pour certaines œuvres et un temps pour d’autres… Toujours est-il que cette lacune est en train d’être réparée !!!

Je m’attaque au gigantesque Proust avec une certaine appréhension. Certes, les descriptions sont longues et les phrases souvent alambiquées. Mais l’observation du monde est d’une précision, d’une minutie extrême… Elle incite à mettre tous les sens en éveil et à ne négliger aucune des profondeurs de l’âme pour capter ce qui nous entoure. Je savoure cette capacité à être au monde proche de la méditation de pleine conscience…

Ce rapprochement m’amuse et pourtant, je crois qu’il y a quelque chose d’assez juste là-dedans… D’une scène somme toute ordinaire, Proust cherche à tout capter : ce qu’elle laisse à voir bien sûr mais aussi ce qu’elle ne montre pas et les sons, les odeurs, les sensations qu’elle suscite… Une véritable perception, une présence totale au monde : la conscience éveillée attrape tout ce qu’elle est en mesure de percevoir. Lire la suite « Proust aurait-il été bouddhiste ? »

Les sédiments

Je suis un lac. Susceptible en surface, calme en profondeur.

Ce qui me trouble laisse l’ancrage stable.

L’homme qui partage ma vie s’est posé sur cette surface, a créé des remous et doucement a sombré dans le fond. Avec les autres sédiments de mon existence passée, avec mes enfants, avec mes amours perdues, avec les relations familiales inextricables, avec les ambitions enfouies.

Les sédiments.

Tout se pose un jour ou l’autre. Ce qui reste en surface est finalement chassé par le vent, les intempéries, le temps.

Et les orages dans tout ça ? L’hiver aussi qui gèle la surface et les feuilles des plantes lacustres qui à l’automne tourbillonnent à la surface. Et le soleil qui joue de ses reflets aveuglant dans les vaguelettes d’un souffle printanier.

Au fond, la vie gagne, sans solution de continuité, sans aléas notables.

Il faut se ressourcer à cette immense source de stabilité. Garder confiance en l’inertie du monde en quelque sorte, ou en ce qui est plus grand que soi, c’est selon.

La recette de la mère parfaite version 2017

green_smoothie

Éplucher ses légumes (bio), faire un truc avec les épluchures. A minima, les mettre dans le lombricomposteur sur le balcon.

Faire cuire les légumineuses qu’on aura préalablement pensé à faire tremper pendant 12 heures (en boite, c’est beurk !)

Enfourner un gâteau aux légumes et préparer une salade de fleurs (et croiser les doigts pour ne pas être la seule à en manger…)

Renoncer définitivement à se faire livrer des sushis (ou alors, aller les chercher avec ses tupperwares… et ça perd quand même tout son intérêt 😉

Consulter le tableau des fruits et légumes de saison.

Sortir le blender pour un

Lire la suite « La recette de la mère parfaite version 2017 »

La méditation marchée

Cela fait déjà plusieurs mois que j’ai décidé de pratiquer la méditation. Mon assiduité – comme dans bien des domaines – laisse à désirer mais les bienfaits de cette pratique n’étant plus à démontrer, je persévère. Même si la régularité est un élément clef pour profiter à plein des bénéfices de la méditation et que j’ai un mal fou à tenir mon objectif (presque) quotidien, je reste déterminée.

J’ai découvert il y a quelques jours la méditation marchée. Ma façon de faire n’est certainement pas très orthodoxe mais j’y trouve une certaine satisfaction.

Source Marin Wibaux https://www.flickr.com/photos/marin-wibaux/
Source Marin Wibaux

D’abord, le temps s’est radouci récemment et me permet donc de faire cet exercice dans le parc attenant à mon bureau. Ce moment m’oblige donc

à faire un break,

à ralentir le rythme, Lire la suite « La méditation marchée »

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑