Ahimsa, le vœu de non-violence

Les photos lumineuses qui parsèment mon fil Instagram de yogi.nis à la silhouette parfaite ne sont qu’un écran de fumée. Elles voilent le véritable chemin, celui, aride et têtu, qui permet d’entrevoir autre chose que les apparences (du monde, de la vie, des biens matériels, des corps souples et sculpturaux…)

Une des toutes premières choses à comprendre lorsqu’on dépasse une pratique superficielle du yoga est la philosophie des Yamas et Niyamas, ces règles de vie de la société autant que de l’intériorité interrogent profondément notre rapport au monde et l’empreinte de notre passage sur Terre.

Et aux questions, lesquels vous sont déjà familiers ? lesquels souhaitez-vous cultiver ? On a bien envie de répondre qu’on est déjà au max de sa bienveillance, de son altruisme, de sa positivité, etc. et d’ailleurs, est-ce qu’on n’est pas en train de pratiquer le yoga ? hein !? et que c’est le truc des gens-heureux-épanouis-respectueux, non ?

Alors bon, comme il fallait tout de même apporter une réponse plus nuancée, j’ai observé ces principes sous tous les angles et je crois pouvoir dire que je suis déjà bien investie dans Satya : je m’applique à être honnête et authentique dans mes relations avec les autres aussi bien qu’avec moi-même. Je nourrie également une grande lucidité qui me permet de déceler les failles (et parfois les forces ^^) dans nombre de situations… D’ailleurs, avoir assumé une certaine forme de vérité m’a conduite dans une situation très complexe au boulot mais je n’ai aucun regret car j’ai le sentiment profond d’avoir fait face à mes responsabilités. 

J’ai aussi progressé dans le respect de mon énergie – Brahmacharya – depuis quelques mois : j’ai appris à déceler les situations qui consomment trop d’énergie et profiter de celles dans lesquelles je me sens confortable. Je peux ainsi

Lire la suite « Ahimsa, le vœu de non-violence »

La sobriété #10dumois

Ce mois-ci, Claire du blog Egalimère propose le thème « consommer autrement ».

Ce sujet est pour moi assez sensible… J’ai été une consommatrice frénétique, n’hésitant pas à acheter un tee-shirt dans TOUTES les couleurs disponibles s’il me plaisait ! J’ai acheté beaucoup de vêtements, de bibelots, de meubles même…

J’ai longtemps considéré que si mes placards débordaient, il suffisait de se procurer une nouvelle commode pour régler le problème.

Et puis, j’ai eu des enfants, j’ai déménagé, j’ai aiguisé ma conscience féministe et ma conscience écolo. Selon moi, tout ça marche ensemble et ce blog est certainement le meilleur reflet de ce cheminement.

J’ai drastiquement réduit mes achats de vêtements, j’achète bio, en vrac, au marché, je réfléchis toujours à deux fois avant de me procurer un nouvel objet (est-il indispensable ? ne peut-il pas être remplacé par quelque-chose que j’aurais déjà ?), je ne jette plus rien bêtement.

Mais je reste une enfant aisée biberonnée à la société de consommation et il y a certains pas que je n’arrive pas à franchir : j’achète peu d’occasion, je revends aussi très peu (euh… je stocke en vue d’une revente prochaine, avis aux amateurs ^^), j’ai pas mal reculé sur le vrac (après avoir été infestée de mites alimentaires :(, je continue à me faire livrer mes courses et certains repas et malheureusement à commander auprès du grand vilain méchant fournisseur américain berk.

Tout ça est largement conditionné par mon manque perpétuel de temps… Je sais qu’il serait facile de rétorquer que « quand on veut, on peut » et je répondrais que oui, c’est vrai, je ne souhaite pas *assez* consacrer la majorité de mon temps à consommer mieux.

Mais c’est là que j’ai envie de retourner la question vers la société et donc la politique !

Parce que j’ai fait une « expérience » à l’automne dernier concernant l’achat de mon nouvel agenda : nous étions confinés et je me suis fait la promesse de NE PAS l’acheter en ligne. J’ai longuement comparé les différents

Lire la suite « La sobriété #10dumois »

Le retour à la vie normale

Quelle semaine !

Commencée sur le pied de guerre dès lundi matin à l’aube, j’ai même été la première à commenter la récolte pour ce texte savamment orchestrée par Emilie.

Traverser la ville de part en part, flanquée d’un enfant, pour rattraper les divers rendez-vous annulés pendant le confinement : l’éclair jaune réfléchissant que vous avez vu griller tous les feux sur son vélo, c’était moi ! Pas moyen de risquer un retard mais je reste prudente, promis.

Terminer de mettre en boite tous ces abricots que le début d’été nous a donné : encore 4 pots de confiture et nous voilà sucrés pour l’hiver 🙂

Préparer les bagages (et ronger ainsi la majeure partie de mon temps libre) : faire des lessives, découvrir des piles de vêtements trop petits, courir acheter de maillots de bain, plier, ranger, zipper.

Ralentir pour les amis : une belle soirée partagées autour d’un apéro et de galettes confectionnées avec diligence par mon inséparable. Et au passage, se faire dévorer les mollets par des moustiques affamés.

S’inscrire à une formation de prof de yoga : c’est peut-être un coup de tête ou un remède à cette folle vie qui ne me laisse pas une minute ? L’avenir me le dira.

Et finir, dans la précipitation, par ficeler ce billet – en retard donc. La boucle est bouclée.

Ouf ! Les vraies vacances peuvent commencer…


C’était ma participation aux plumes chez Emilie, retrouvez les textes des autres participants ici.

Mes précédentes participations sont ici.

Questions de goût

C’est difficile de choisir. Choisir c’est renoncer. Et puis c’est aussi s’affirmer et en creux dire aux autres que s’ils ont fait un choix différent, il est forcément moins bien… Moi, je trouve ça particulièrement compliqué d’autant que je me retrouve confrontée ces temps-ci à mon absence totale de goût. Absence au sens de inexistence. En matière vestimentaire, en matière de décoration. Je n’ai que rarement un avis.

Question mode d’abord. En ce moment, je traine régulièrement avec un gars genre hypster (je ne sais d’ailleurs pas si ce concept n’est pas déjà dépassé, sorry) enfin bref, très looké quoi. Alors que de mon côté, depuis la naissance de mes enfants, j’ai drastiquement réduit mon budget fringue et recycle mon gigantesque stock de looks des années 2000 voire 90. Tant qu’on ne m’en parle pas, je n’y pense que très peu et pourvu que je me sente confortable et propre, ça va. Seulement, cette fashion victime m’a plusieurs fois fait remarquer que mes sapes étaient datées. Du coup, je l’ai remarqué et je me sens moins bien dedans. C’est naze mais c’est comme ça. Je suis touchée par l’image que je renvoie chez certaines personnes en particulier, pas par mon image en général.

Alors je me promets de faire un effort et je regarde le look des gens autour de moi, ce que je ne fais généralement pas : je regarde leur visage, éventuellement leur silhouette, pas ce qu’ils portent. Pourtant, je n’arrive pas à avoir d’opinion tranchée : des fois, ça me fait marrer, des fois, ça me plait, des fois, je me dis « pas moyen ». Et puis j’oublie.

Pareil pour la déco de notre appart. J’ai parfois acheté des « accessoires » qui me plaisaient et qui étaient sûrement « tendance »… mais je les ai posé n’importe comment au milieu de nos meubles dépareillés Ikea.

Il y a des trucs que je trouve

Lire la suite « Questions de goût »

Je n’ai pas choisi le Thermomix (j’ai préféré le Cooking Chef)

Une fois n’est pas coutume mais je vais parler cuisine, le sujet me titille depuis que j’ai vu passer plusieurs billets concernant les déceptions dues aux Thermomix – à commencer chez ma copinet’ Lo pour ne pas la dénoncer citer 🙂

J’ai commencé à m’intéresser au sujet des robots cuiseurs multifonction l’année dernière. MiniJoie mange maintenant comme nous (ou plutôt nous mangeons comme elle parce que pizzas, galettes complètes, croque-messieurs et mesdames en alternance, ce n’est pas vraiment recommandé pour nos petits bouts…). D’autant plus que j’ai vraiment à cœur d’éduquer leurs goûts et de leur faire découvrir un maximum de saveurs.

Bout2Joie, quant à lui, est quelque peu intolérant aux PLV et j’ai dû cuisiner moi-même pas mal de trucs que j’achetais tout prêts… On a beaucoup de surprises quand on commence à lire les étiquettes ! Je vous le déconseille d’ailleurs vivement, c’est le début des vraies emmerdes en cuisine ^^

Me voilà donc face à ces monstres de technologie : trop

Lire la suite « Je n’ai pas choisi le Thermomix (j’ai préféré le Cooking Chef) »

Vivre dans une maison impeccable sans effort : la méthode FlyLady pour les nul.les

A l’occasion de mon déménagement et du nécessaire tri, je me suis penchée sur les méthodes de désencombrement : ici d’abord avec la méthode KonMari puis de fil en aiguille, j’ai découvert la méthode FlyLady. Kesaco ? Ben , le manuel de la parfaite femme d’intérieur « moderne »

J’en suis très loin et aucune ambition de le devenir… N’empêche, j’ai eu quelques mois à passer à la maison et pour celleux qui l’ont déjà vécu, l’enfermement rend un peu psycho du rangement / ménage et je me suis dit que Lire la suite « Vivre dans une maison impeccable sans effort : la méthode FlyLady pour les nul.les »

Le bonheur est dans le non-marchand [Salon Baby Paris 2015]

Samedi matin a eu lieu ma première sortie de blogueuse et j’ai pu écouler quelques cartes de visites 😉 Invitation au Salon Baby au Paris Event Center Porte de la Villette: petit-déjeuner et stands ouverts en avant première !

J’ai passé un bon moment, je suis très contente de m’être lancée et j’espère avoir d’autres occasions de recommencer (je suis invitée aux e-fluents mum 2015 mais l’organisation pour y assister relève du tour de passe-passe… affaire à suivre !)

N’empêche, j’ai été déçue de l’attitude d’une majorité des marques : en gros, un blog humeur ne les intéresse pas, ils recherchent des PAR-TE-NA-RIATS ! J’ignore pourquoi : l’audience est certainement moindre quand on n’organise pas de concours ? trop de franchise tue ? éviter les risques de se trouver à des prises de position trop tranchées ? une liberté de ton incontrôlable 😉 ? Bref, je suis souvent repartie bredouille mais je considère que je vends bien assez souvent mon âme au diable, ce n’est pas et ne sera pas le but de ce blog !

Je tiens quand même à saluer quelques rencontres sympathiques et désintéressées :

Celleux n’ayant rien à vendre arrivent en tête 😉

Accueil génialissime souriant bienveillant chaleureux et gros coup de main pour installer Lire la suite « Le bonheur est dans le non-marchand [Salon Baby Paris 2015] »

Un rangement efficace commence par un bon tri

Lorsque j’ai appris que j’allais déménager*, une petite loupiote qui s’allumait occasionnellement au fond de mon cerveau pour me dire : tu devrais ranger / trier / t’alléger s’est mise à clignoter à 200 pulsations par minutes en rouge écarlate pour me dire : C’EST PLUS POSSIBLE !!!

Pour autant, je suis incapable de faire quelque chose sans procrastiner quelque peu alors je me suis d’abord mis en tête de me documenter sur le sujet 😉 Vous me direz que c’est un comble de procrastination : ajouter un livre à sa collection pour « apprendre » à jeter les tonnes de livres dont je suis incapable de me débarrasser… Mais ce n’est pas ce que vous dirait Marie Kondo : elle affirme que ranger s’enseigne et Lire la suite « Un rangement efficace commence par un bon tri »

Lutter contre le démon du shopping

Je suis matérialiste, désespérément matérialiste : la disparition d’un body ou d’une paire de chaussettes m’a déjà fait traverser des épreuves d’une angoissante futilité…

J’aime accumuler des objets : j’ai collectionné les pin’s, les cartes téléphoniques, les timbres, les échantillons glanés dans les hôtels, les CDs, les mignonnettes de parfum, etc. Je ne jette presque rien, je n’abîme pas mes affaires. Je range, j’ordonne, j’organise, je stocke, j’entasse, je conserve. C’est une maladie, ça s’appelle le collectionnisme ! Le mien n’est pas pathologique, enfin je l’espère…

shopping
Source Russian Square

Je ne suis pas une victime de la mode (je manque de goût pour ça…) mais je suis coquette. J’aime acheter des vêtements, des chaussures, des accessoires. Je les empile dans mes placards, les porte peu, ne les use pas du tout et ne parvient que très rarement à les donner, encore moins à les jeter (même avec un trou + une tâche + trop petit… On ne sait jamais !).

Pour ne rien arranger, j’habite dans un quartier commerçant et chaque jour, je suis contrainte de passer devant des vitrines de mode qui renouvellent régulièrement mes envies… J’aime feuilleter les magazines dits féminins qui arborent chaque semaine ou chaque mois de nouvelles collections et incitent à enrichir sa garde robe décidément démodée…

Depuis la naissance de MiniJoie, j’ai pris conscience de Lire la suite « Lutter contre le démon du shopping »

Ma liste d’envie de (future) Maman

A vrai dire, je n’ai pas beaucoup d‘envies culinaires (mis à part quelques orgies de bonbons et des fringales de junk food 😉

En revanche, j’ai une furieuse envie de faire exploser mon compte en banque !!! Alors, voici, en exclusivité, ma wishlist spécial grossesse

Pour avoir la classe !

Une robe de princesserobe allaitement Séraphine

Un collant qui enveloppe le bidon et un soutien-gorge adapté (à mon opulente mais temporaire poitrine…)collants grossesse
soutien-gorge grossesse et allaitement
Un bola (et sa chaîne assortie)
bola

Pour m’occuper de ma grande fille !

Un kit Lire la suite « Ma liste d’envie de (future) Maman »

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑