Recherche

Je me disperse

Essais & erreurs à la recherche de qui je suis

Catégorie

Angoissée chronique

Dire que je suis stressée est une sorte de doux euphémisme… avoir des enfants a généré de nouvelles sources de questionnement infini sur ma façon d’être et de faire !

En quête d’inspiration…

J’aime écrire et si je me le cache aussi à moi-même, je crois être faite pour ça. Je suis de celle qui arrive à trouver du plaisir dans le simple fait d’aligner des mots y compris pour la rédaction de documents techniques barbants et de mails factuels

Aujourd’hui pourtant, ça ne vient pas. Pas d’idées, pas de fluidité.

La dynamique qui me poussait devant mon écran pour déverser des idées en pagaille s’est essoufflée dans les contraintes du quotidiens, consommée dans un boulot chronophage et énergivore, dispersée dans des relations trop intenses.

Je n’écris que très peu et je ne trouve plus mes mots aussi pertinents, mes tournures aussi souples.

Comment se fait-il qu’on puisse autant perdre de vue ce qui fait le sel de la vie ? Comment peut-on avoir la certitude que l’essentiel est là et pourtant ne jamais y consacrer de temps ? le laisser toujours en dernière place ?

Je me rappelle cette période où une idée germait, tournicotait dans ma tête pendant des heures, imprimait des phrases dans mon esprit et quand, le PC ouvert, je lâchais ce flot de lettres ordonnées dans un billet dense et pressé.

J’ai peur d’avoir laissé échapper quelque chose d’essentiel.

De m’être perdue, peut-être.

Est-il possible de retrouver le chemin ? le bon chemin ? celui qui traverse ma vie et devrait me mener où je suis censée aller ?

J’ai des petits cailloux pour me guider : une centaine de brouillons achevés ou presque, un roman quasi terminé, des cahiers pleins de scenarii élaborés…

Ce matin, je me force. J’ai miraculeusement choisi de venir ici plutôt que de trier la paperasse. Ai-je bien fait ? Difficile à dire pour le moment puisque c’est douloureux et que la paperasse ne sera pas triée…

S’astreindre à une routine, le faire un peu chaque jour, qu’ils disent…

J’aimerais trouver le temps (l’énergie ?) de m’inscrire à un cour d’écriture, rencontrer d’autres scribouillards, partager ce plaisir. Mais j’ai aussi envie / besoin de faire davantage de sport, de voir mes ami.es, aller au musée, dévorer des livres, faire de grandes balades, profiter de mes enfants, leur proposer des activités, m’abrutir devant la télé, méditer, etc.

Presque trop pour une seule vie.

L’écho du vide

Un silence. Quelques mots projetés entre une bouche et une oreille. Attentive.

Réaction. Questions. Compassion.

Ecouter et ne pas seulement vouloir toujours se raconter.

Il m’a dit : « Les gens se confient à toi, Euphrosyne. C’est que tu as une qualité d’écoute particulière ! »

Je ne me connaissais pas cette qualité. C’est bien, les qualités. Toute qualité a son revers pourtant… Celui de l’écoute assortie d’une grande empathie, c’est de faire l’éponge à tous les tracas, les soucis, les problèmes, les ennuis, les états d’âme, etc. de son entourage professionnel, amical, familial…

Ça en fait du monde ! Ça en fait des heures Lire la suite

Citation éphémère #8

A cet instant précis, j’ai pensé cela : de certains mots, de certains regards, on ne guérit pas. Malgré le temps passé, malgré la douceur d’autres mots et d’autres regards.

D. de Vigan – D’après une histoire vraie

Impuissance et patience

Pour comprendre ce qui se trame ici, je vous conseille vivement de lire ceci et cela sous peine de ne riiiiien comprendre à ce que je raconte ici…

Ce jeudi-là, je suis partie confiante. Je n’avais pas envisagé d’autres possibilités. Mais quand l’échographe a asséné : « Il y a une rétention trophoblastique. » Je me suis dit – sans comprendre pourquoi :/ – que ce n’était pas une bonne nouvelle.

3 semaines après la prise médicamenteuse pour IVG

Je suis un peu tombée des nues. Pour moi, on devait juste vérifier que tout allait bien… et passer à autre chose !

Elle me dit : « C’est gros, il va sûrement falloir envisager la chirurgie. » Enfin, il fallait attendre l’avis du généraliste, le lendemain matin…

Je n’ai pas peur de Lire la suite

J’ai 4 ans et tout l’avenir devant moi

Il y a quelques temps, je discutais avec une amie (coucou !) de ma vision de l’avenir et surtout du fait que j’étais incapable de faire de projets de grande ampleur, comme si j’avais 99 ans dans ma tête que j’allais mourir sous peu.

Alors c’est vrai que je tricote et fais des mots fléchés, j’aime boire des tisanes et écouter la radio, je commence à avoir des douleurs chroniques ^^ Mais le malaise est plus profond que ça…

Cette impression que plus rien n’est accessible, que mon destin est figé, j’ai du mal à m’en débarrasser. Je m’englue dans

Lire la suite

Je ne sais pas me faire de nouveaux amis

J’ai de bon.nes ami.es dans la vie. Des personnes auxquelles je tiens et qui, je le crois, tiennent à moi.

J’en ai peu. Finalement, je pense pouvoir les compter sur les doigts d’une main. [Mais je ne le fais pas, ça m’angoisse.]

J’aimerais compter les camarades par dizaines. Être sollicitée de toutes parts et collectionner les invitations.

Je n’ai jamais eu beaucoup d’ami.es et aujourd’hui, plus encore, j’ai du mal à m’en faire de nouvelles. Il parait que ça pourrait être dû à ça. Je n’en sais rien et ça ne change pas le problème.

Je souffre aujourd’hui de voir le reflet de ce que je vis dans l’attitude MiniJoie. Ma fille pour qui, dans l’innocence et la spontanéité de ses presque 4 ans, devrait trouver l’amitié simple comme une balançoire partagée. Elle est souvent en retrait, observatrice, Lire la suite

Comme les autres…

J’ai été désirée. Enfin je crois. Enfin je sais plus.

Je crois que je l’ai été, à moment donné. Un petit troisième. Ils voulaient un garçon, forcément.

Mais j’ai tardé. Alors, quand je me suis installée, ils ne savaient déjà plus trop.

Puis les nausées orageuses. La fatigue harassante. Un bébé à 40 ans passé, Maman, tu Lire la suite

Ces mères qui pensent à tout (et qui pensent trop) – Les Vendredis Intellos

Vendredi dernier, j’ai commis un petit billet sur le site de neuronage collectif des Vendredis Intellos.

extrait charge mentale parent par défaut

Cliquez ici ou sur l’image pour le retrouver en intégralité.

Bonne lecture !

 

J’ai peur de tout

l’antibiorésistance
la pollution
les perturbateurs endocriniens
la solitude
la maltraitance des animaux
l’extrémisme religieux
le réchauffement climatique
les chiens
la raréfaction de l’eau Lire la suite

WordPress.com.

Retour en haut ↑