Comment reconnaître un *pratiquant avancé* de yoga ?

Un beau jour, dans le planning du studio de yoga que je fréquente est apparu un cours *avancé*. Jusque là tous les cours étaient indiqués *tous niveaux* alors forcément, je me suis demandée si je pouvais y assister…

Et puis, avec quelques mois de disponibilité devant moi, j’ai envisagé de postuler à une formation de prof de yoga. Mais avais-je le niveau ?

Je me suis alors beaucoup observée : je n’ai plus un corps de 20 ans, je n’ai jamais été très sportive, pas particulièrement endurante ou souple. Il m’arrive de terminer certains cours de vinyasa littéralement épuisée.

Et puis, surtout, il y a tout un tas d’asanas qui ne me sont pas (encore) accessibles.

Mais me le seront-ils un jour ?

Je pensais que mon niveau de yoga dépendait pour beaucoup de la réponse à cette question.

Pourtant, il y a quelque chose qui me dérangeait beaucoup dans cette idée somme toute réductrice et qui ne collait pas à ma quête intellectuelle : cheminer sur cette voie se limiterait à la performance des postures les plus complexes ?

Je comprends l’intérêt qu’il y a à chercher l’effort et à négocier avec les aptitudes de son enveloppe charnelle : ce travail oblige à habiter son corps, à se concentrer sur le moment présent, à lâcher les pensées, etc.

Mais pour qui est à la recherche d’une certaine forme de spiritualité, cette réponse est loin d’être satisfaisante…

Cependant, entourée de pratiquantes plus jeunes, plus souples, plus volontaires, j’ai tout de même cherché à tirer sur mon corps pour atteindre certaines figures jusque là inaccessibles. J’ai beau savoir que c’est l’ego qui me tyrannise, je ne parviens pas à sortir complètement de la comparaison.

Au final, j’ai fait quelques progrès mais surtout, je me suis fait mal. Rien de grave mais suffisamment pour me dégoûter un peu de la pratique, sensation aggravée par ces p*t***s de séances en visio !

Néanmoins, je crois avoir, depuis le début de ma formation, trouvé quelques clefs pour saisir la vraie nature du *pratiquant avancé* (ou P.A.) que je voudrais partager ici :

1/ le P.A. sait que l’intérêt est dans le voyage, pas dans la destination

Certes, parvenir à passer une posture qu’on ne maîtrisait pas auparavant est un indéniable plaisir, un instant de joie pure.

Mais tout est fugace et la joie nous échappe : vient ensuite une autre pose qui nous résiste et l’instant passé est déjà oublié.

En revanche, les efforts, les progrès, les transitions qui nous ont menés à cette étape sont gravés dans notre mémoire corporelle et se sédimentent dans nos expériences de vie.

C’est cette exploration qui est la véritable valeur du yoga.

2/ le P.A. ne cherche pas à atteindre la perfection pour satisfaire son ego

C’est là certainement mon point le plus faible. Mon regard traîne toujours sur le tapis d’à-côté pour voir si les autres y arrivent (et pas moi !) ou sur Instagram pour m’extasier sur la joliesse d’asanas intenables.

Je devrais me concentrer sur mon tapis et ce chemin qui est le mien, pas celui des voisin.es.

Lâcher l’ego est l’un des challenges des philosophies orientales et sans doute encore plus complexe pour un occidental…

A voir tout ce qui s’affiche sur les réseaux sociaux (tenues, décors, choix des postures, etc.), il est manifeste que cette difficulté est partagée par tous les apprentis yogi.nis (ou presque).

3/ le P.A. avance dans les 8 dimensions du yoga simultanément

Les asanas ne sont qu’une partie des 8 branches du yoga. Ces 8 axes de développement de soi indispensables vers l’état de yoga sont :

  1. Yamas – les règles de vie en société
  2. Niyamas – les disciplines personnelles
  3. Asanas – les postures
  4. Pranayama – le contrôle de la force vitale
  5. Pratyahara – le retrait des sens
  6. Dharana – la concentration profonde
  7. Dhyana – la méditation
  8. Samadhi – l’illumination

La pratique des asanas permet de construire un pont entre le monde matériel (notre corps) et le monde spirituel (notre esprit) : l’équilibre atteint permet d’harmoniser nos émotions, notre physique, nos intentions, notre concentration, notre stabilité.

La maîtrise des asanas s’appuie donc sur les progrès dans les 7 autres dimensions du yoga.

Et si tu as envie d’en savoir plus sur les Yamas et Niyamas, j’y ai déja consacré un billet ici.

4/ le P.A. trouve toujours de l’intérêt à l’enseignement du Tadasana

Je crois finalement que cette dernière clef est fondamentale.

Dans un cours tous niveaux, la posture debout (Tadasana en sanskrit) devrait captiver autant les débutants que les pratiquants avancés. Autant d’ailleurs que les deux autres postures fondamentales que sont la posture assise (Sukhasana) et la posture du cadavre (Savasana).

En effet, ces postures contiennent les alignements fondamentaux qui permettent de mettre en place la plupart des autres asanas. Et si vous voulez quelques astuces pour un Savasana confortable, j’en ai parlé ici.

C’est dans la posture debout que commence le lien entre les humain.es et c’est ce qui donne tout son sens au yoga.

Je vois souvent des pratiquants demander des cours « plus avancés », des postures « plus difficiles », des enchaînements « plus complexes ». Ok, la performance sportive est là.

Mais le yoga est-il un sport ?

Non. Et s’il n’y a pas de mal à ne choisir que cet aspect là d’une discipline de vie vaste, complexe et exigeante (de même qu’il n’y a pas de mal à n’aimer que les comédies romantiques au cinéma !) mais il faut avoir l’humilité de se considérer alors comme un sportif accompli (ou un cœur d’artichaut 😉 plutôt qu’un.e yogi.ni.

Pour faire le test, j’ai envie de te proposer une vidéo très pertinente sur le retour aux sensations du débutant qui corrobore mon propos. C’est un cours offert par Jo de Yoga Fire (et si tu ne la connais pas, sa chaîne YouTube fourmille de supers séquences gratuites !) :

Après ce flow, je t’invite à te demander ce que tu cherches lorsque tu poses tes pieds sur le tapis ? Que t’inspires une longue pause en Tadasana ? Trouves-tu de la satisfaction à stabiliser ton ancrage ? Corriger ta courbure lombaire ? Positionner tes épaules ? Comment se fait la respiration dans cette position ? Comment circule l’énergie ?…

…Te considères-tu comme un pratiquant avancé ? … Quel est ton chemin ?…

Namasté.

8 commentaires sur “Comment reconnaître un *pratiquant avancé* de yoga ?

Ajouter un commentaire

N'oublie pas de laisser un message avant de partir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :