#UrgenceClimatique – le déni

Je suis dans une phase bizarre de ma vie. La crise de la quarantaine ?

Une drôle de crise alors… Moi qui pensait que ça impliquait forcément de prendre un amant et s’offrir une nouvelle voiture… Je suis très loin de ça !

Le point que je ne parviens pas à réconcilier en ce moment est plutôt d’ordre professionnel. Pour faire court : j’ai fait un burn-out, je suis au chômage, je dois reprendre une activité.

Mon métier est intéressant, je ne suis pas opposée à l’exercer de nouveau (dans de meilleures conditions, certes) et je devrais commencer à m’y mettre.

Oui mais voilà : mes convictions sur notre avenir écologique, le tournant que nous devons prendre avant qu’on ne soit envoyés dans le décor, l’urgence climatique… Tout ça me laisse penser que mon métier est obsolète, inutile, anachronique. J’ai le sentiment qu’y retourner serait me remettre des œillères pour continuer à faire tourner la machine capitaliste, productiviste et consumériste. Je ne peux m’empêcher de penser que tout ce que je ferais dans les prochains mois sera risible dans quelques années, voire même que je m’en voudrais d’avoir contribué à nier les évidences.

Mais alors, qu’est-ce que je souhaite au fond ?

Au fond, je voudrais me préparer à l’effondrement : développer les compétences qui seront utiles alors, me former à la permaculture, connaitre les herbes médicinales, apprendre à coudre, à tricoter, à vivre et cuisiner avec moins d’eau, passer au zéro déchet, etc. Je voudrais faire

des projets qui seront tenables lorsque l’électricité manquera ou que notre tissu social se délitera. Je voudrais anticiper.

Je vous vois bien vous gausser derrière vos écrans : « Oh la la, la collapso !!! Elle va stocker des conserves dans un bunker ?? »

Et je me refais toute petite, je me dis que je suis cinglée / dépressive / pessimiste et qu’il faut juste arrêter d’y penser. Pourtant, le hamster continue de trottiner dans sa roue et j’ai la certitude que faire comme si ça n’allait pas arriver n’évitera pas cette catastrophe maintes fois annoncée.

Cette dissonance est d’autant plus violente que j’ai présentement une vraie liberté de choix (pas de contraintes financières majeures, des enfants un chouia plus autonomes, du temps). Mais est-ce vraiment un choix ? Celui de sauter de nouveau à pieds joints dans le moule que j’ai laborieusement façonné depuis mon plus jeune âge ou faire preuve de courage et assumer des décisions non conventionnelles dont je pourrais pourtant être fière devant mes enfants dans quelques années ?

Saga tome 1 Vaughan Staples

Me ridiculiser maintenant et mourir avec la conviction d’avoir fait de son mieux ? Continuer de sauver la face en caressant au creux de moi une boule de culpabilité et de peur ?

En écrivant cela, des larmes commencent à embuer mon écran. Le dilemme m’est pour l’instant insoluble.

J’écoutais ce podcast récemment qui m’a permis de mettre des mots sur cette confusion : le passage à une société post-capitaliste est un deuil. Il faudra renoncer à tant de choses avec lesquelles nous avons grandi qu’il sera réellement nécessaire d’effectuer tout ce processus complexe qui mène à l’acceptation d’un nouvel état des lieux.

Et dans ce processus, j’en suis encore au déni.


Références :

1/ Saga. Tome 1. Brian K. Vaughan & Fiona Staples

2/ Podcast Sismique #53 par Julien Devaureix – D’un monde à un autre avec Virginie Raisson

4 commentaires sur “#UrgenceClimatique – le déni

Ajouter un commentaire

  1. Je ne suis pas psy 😉 Je comprends tes questions, on se les pose tous plus ou moins. Avant ou après 40ans. Et la quarantaine c’est souvent la moitié de notre vie perso et professionnelle.
    Un travail pour toi, qu’est-ce que c’est ? Un salaire pour vivre, de l’argent de poche, une cotisation pour ta retraite, te donner une valeur aux yeux de la société, rester indépendante, une occasion de sortir de chez toi, un lieu de plaisir où tu dois t’éclater chaque jour, un devoir vis à vis de ton entreprise et/ou de la société, construire quelque chose pour ton prochain…
    Pour la pollution, as-tu l’impression de polluer plus que les autres, que tes collègues par ex. ? que tes voisins ? que tes parents à ton âge ? Bien sûr, les ordi et les tél-portables font partie de notre quotidien maintenant, dans le travail et dans la vie perso, mais à quelle dose ? Dresse une liste des différences, et note en vis à vis ce qui est positif pour toi et ce qui ne l’est pas, ce qui est exagéré et ce dont tu manquerais, et tu verras les efforts à fournir, sans tomber dans ce que j’appelle « l’âge de pierre de nos grands-mères ».
    Si déjà, tu en prends conscience, c’est bien, et en parler aux plus jeunes, c’est encore mieux car ils nous aideront, mais il ne faut que ce soit contraignant car on n’a qu’une vie. La vie est belle et mérite d’être vécue.

    Aimé par 1 personne

  2. Ton article me fait réfléchir d’un coup.
    Moi j’ai l’impression de vivre sur mon petit nuage, je ne m’en fais pas pour demain, je me dis qu’on s’adapte et que je m’adapterais comme je l’ai toujours fait.
    Mais bon…
    J’aurais tendance à te donner un conseil qui ne vaut que ce qu’il vaut: écouter ce qui est important pour toi aujourd’hui. Mais parfois même ça ce n’est pas facile à déterminer.
    En attendant, courage pour cette décision à prendre qui n’est pas aisée. Mais sache que celle que tu prendras sera celle qui est juste aujourd’hui. Tu pourras toujours changer d’avis, changer de cap.

    Aimé par 1 personne

    1. J’essaie de trouver une solution qui permette de ménager mes inquiétudes et mes certitudes : j’envisage une transition lente qui permettrait de préparer ces changements (avoir l’impression de faire quelque chose) sans déstabiliser radicalement ce que j’ai construit. Je ne sais pas si c’est possible, je cogite beaucoup ^^

      J'aime

N'oublie pas de laisser un message avant de partir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :