Se blesser en pratiquant le yoga, c’est possible…

J’ai déroulé ma première salutation au soleil il y a presque 20 ans. Ma pratique a été (comme tout le reste, je dirais…) aléatoire. Au gré du temps disponible, des autres centres d’intérêts, des atomes crochus avec les profs, du niveau de stress à juguler…

J’ai aussi vu le public changer : réduit à quelques élu(miné).es au début, il s’est diversifié et considérablement développé. Différentes variantes se sont également répandues : au début, je trouvais seulement des enseignements de Hatha Yoga puis j’ai vu fleurir des cours de Ashtanga, Vinyasa, Yin, etc. A chaque pratiquant sa pratique, à chaque commerçant, son slogan…

Oui, c’est un peu dommage mais le yoga est vraiment devenu un business et là où j’entendais surtout ressourcement, je vois maintenant beaucoup de recherche de performance. Le phénomène me semble d’autant plus accentué que, avec l’engouement généralisé, l’âge moyen des professeurs a considérablement baissé et leur capacité de démonstration de force et de souplesse augmenté de façon (logiquement) inversement proportionnelle !

J’ai commencé avec des professeures plutôt âgées qui avaient souvent baroudé de longues années en Inde, attentives autant à l’introspection qu’aux effets bénéfiques sur le corps. J’assiste maintenant parfois les cours de professeur/es bien plus jeunes que moi qui ressemblent parfois davantage à des contorsionnistes qu’à de vieux/lles sages !

Je ne leur jette pas la pierre : devenir enseignant de yoga est un chemin et je ne doute pas que leurs capacités remettent le moins du monde en cause leur sincérité. Ce qui m’inquiète un peu plus, c’est de voir des néophytes tenter des postures très complexes et pousser leur corps au-delà de ce qu’il est capable de donner…

Loin de devenir une véritable yogi, ces 20 ans de pratique et quelques douleurs m’ont tout de même donné suffisamment de recul sur ce sport pour me permettre quelques conseils pour éviter de se faire mal…

Tout d’abord : ce n’est pas parce que le prof dit « vous pouvez » relier les mains / toucher vos pieds / rapprocher vos genoux… qu’il est conseillé de le faire. Je dirais même au contraire. Tant que le mouvement n’est pas fluide et ne vient pas « tout seul », c’est que vous n’êtes pas prêt.es !

Le yoga vous apporte ce que vous apportez avec vous dans la salle, sur votre matelas. Pas besoin de performance, pas besoin de se faire mal. Certes, il s’agit d’un véritable sport et pour ceux qui croient qu’on sort de la salle sans avoir transpiré et sans connaitre aucune courbature, ils ont probablement confondu avec un cours de méditation. Mais comme tout sport, il faut savoir jauger l’effort : ça tire, c’est bien, ça claque, c’est trop.

Il faut déjà poser la base : tous les corps ne sont pas faits pour toutes les postures. Certaines fois, ce sont les os qui bloquent et même un entrainement intensif ne vous permettra JAMAIS de dépasser un certain angle. Jamais.

J’ai appris à protéger mon corps avec quelques astuces toutes simples que je vous partage ici :

  • On garde les genoux légèrement fléchis dans toutes les postures, surtout en début de séance. On protège ainsi les genoux eux-mêmes mais aussi le bas du dos.
  • On contrôle sa posture à tout instant au niveau du plexus et au niveau du nombril :
    • On avance / redresse le plexus (autrement dit, on met les seins en avant).
    • On rentre le nombril vers l’intérieur et vers le haut (autrement dit, on serre les abdos).

Si votre position ne vous permet pas de le faire, c’est que vous êtes allés trop loin. Vous avez voulu.e faire comme votre voisin.e qui a 10 ans de pratique intensive mais je vous assure que vous n’avez pas du tout la même allure ^^ en gros, en général, ça veut dire que vous êtes tout.e tordu.e et que vous faites un gros dos rond très mauvais pour votre ossature 😦

L’enjeu, c’est de bien comprendre ce que la posture peut vous apporter et à quel endroit c’est censé ‘tirer’. Par exemple, beaucoup de postures de yoga travaillent sur la flexion et la souplesse des hanches (l’objectif ultime étant d’avoir suffisamment renforcé son corps pour rester en position méditative pendant plusieurs heures sans douleur) donc l’attention doit être portée sur le pli de la hanche et non sur la capacité à mettre la tête par terre 😀

Malgré l’image que véhicule parfois le yoga, on peut donc se blesser (testé et approuvé !). Certains professeur.es ne corrigent que très peu leurs élèves et c’est peut-être dommage mais il convient à chacun de se rappeler que le yoga signifie « mise au repos du mental », à peu près tout le contraire de l’agitation frénétique vers une blessure assurée…

2 commentaires sur “Se blesser en pratiquant le yoga, c’est possible…

Ajouter un commentaire

  1. Effectivement, je constate que l’on rencontre un peu n’importe quoi dans le yoga actuel, par effet de mode. Et très peu de gens enseignent réellement le yoga, mélange de valeurs (yamas et niyamas), de postures asanas, de souffle (pranayama), de conscience et de méditation. Rabelais disait déjà, « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Et peu de choses ont changées depuis….. Belles pratiques

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis d’accord avec toi : l’effet de mode nous éloigne des valeurs fondamentales du yoga. C’est positif que les gens soient incités à faire de l’exercice mais c’est vraiment dommage d’avoir l’impression de suivre quelque chose qui s’apparente davantage à un cour de gym qu’à un enseignement de yoga !

      J'aime

N'oublie pas de laisser un message avant de partir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :