5 podcasts féministes incontournables

Ce qui est étonnant avec l’offre foisonnante de podcast aujourd’hui, c’est qu’on ne sait toujours pas vraiment comment constituer sa playlist ! Où trouver les bonnes sources ? Quels sont les podcasts immanquables ? ceux à éviter ?

C’est un sujet récurrent : qu’est-ce que tu écoutes ? qu’est-ce que tu conseilles ?

Voilà donc mes conseils du jour ! Je propose d’abord de se pencher sur des sujets « de niches » qui n’ont pas forcément leur voix sur d’autres medias accessibles et grands publics. Et pour commencer, mon sujet de prédilection : le féminisme.

Ces podcasts accompagnent mes errances sur la longue et sinueuse route de l’engagement, ouvrent mes perspectives, bousculent mes idées reçues et construisent petit à petit mon nouvel univers culturel.

 

Les couilles sur la table, la déconstruction

Binge audio, ~40 minutes, 2 fois par mois

Ce podcast est tout simplement génial ! En revanche, il n’est pas forcément facile d’accès et j’avoue avoir dû parfois reprendre au début, au calme pour saisir l’essence de certains épisodes. Mais je ne l’ai jamais regretté !

Je pense en particulier aux épisodes avec le philosophe Paul B. Preciado dont les propos ont vraiment chamboulé nombre de mes préjugés ou bien sûr les interviews de l’autrice Virginie Despentes dont la pensée est tellement ébouriffante qu’il faut plusieurs écoutes pour tout assimiler.

La journaliste Victoire Tuaillon aux commandes de ce podcast a choisi de prendre les critiques anti-féministes à rebours avant même d’avoir à les essuyer : ce podcast parle des hommes, seulement des hommes. Elle explique la fabrique des hommes, les boys clubs, la masculinité contemporaine, leur difficultés, leurs influences, leurs contradictions… et en creux donc, ce que les femmes ne sont pas et ne seront jamais.

C’est le seul de cette liste que j’ai tenté de conseiller à mon inséparable, toujours très critique quand je me lance dans mes tirades féministes : il a écouté (ne s’est pas abonné pour autant ^^) mais n’a rien trouvé à redire 😀

Mon épisode préféré : La vraie « nature » du mâle, un épisode qui s’attaque aux notions de nature et culture avec le philosophe Thierry Hoquet.

 

Un podcast à soi, la référence

Arte radio, 1 heure, 1 fois par mois

L’expérience radiophonique de Charlotte Bienaimé transparaît à travers ce podcast toujours limpide, bien construit et documenté. Chaque épisode s’articule autour de reportages authentiques, de textes percutants, de témoignages sensibles et nuancés mettant en lumière les enjeux sociétaux des luttes féministes. Les sujets les plus tabous sont abordés frontalement : parentalité, vieillesse, prostitution, handicap, spiritualité, etc.

Ce podcast est sûrement le plus inspirant, celui qui remet profondément en cause certains fondements de mes conceptions sociales me laissant encore une boule de questionnements complexes à détricoter plusieurs semaines après… Je pense en particulier à celui qui questionne le rapport des femmes dominantes aux femmes dominées (qui souvent gardent les enfants ou font le ménage des premières).

Jamais l’animatrice n’élude les complexités et divergences de points de vue pour mieux permettre à chacun.e de se heurter à ses propres contradictions et donc, d’en ressortir grandi.

Mon épisode préféré : Sexualité des femmes, la révolution du plaisir

Quoi de meuf ?, la conversation entre copines

Nouvelles écoutes, en alternance :

  • Le QDM de poche : 20 minutes , 2 fois par mois
  • Le QDM grand format : 40 à 50 minutes, 2 fois par mois

Ce podcast un peu scolaire fait mouche : sur un ton qui reste léger, Clémentine Gallot et ses acolytes (Kyémis, Pauline Verduzier ou Anne-Laure Pineau) documentent consciencieusement leurs épisodes.

Dans les QDM grand format (1 semaine sur 2), elles reprennent pour nous les bases du féminisme et nous expliquent les enjeux, les contradictions et les victoires de chaque courant, décortiquent les chiffres derrière les titres accrocheurs des tabloids et détaillent ce que le féminisme fait dans la vraie vie…  Tout y passe : l’intersectionnalité, la charge émotionnelle, les féminicides, le périnée, la drague, Donald Trump, le mansplaining, etc. [OMG !! tous ces mots sont inconnus de mon éditeur de texte… un petit tour chez QDM ne lui ferait pas de mal ^^]

Chaque épisode constitue un vrai travail journalistique et nous met à niveau sur tout ce qu’il y a à savoir sur le féminisme sans aucune prise de tête.

Dans les QDM de poche, 100% pop culture, j’adore la façon dont elles décortiquent les séries, les expositions, les émissions TV, les films ou les romans sous l’angle féministe intersectionnel. Peu d’œuvres y résistent et ça ne facilite pas la vie mais je crois que c’est la meilleure façon de questionner notre bain culturel et nos réflexes sexistes, racistes, grossophobes et j’en passe…

Mes épisodes préférés :

 

Yesss, le coup de boost

Podcast Factory, entre 40 minutes et 1 heure, 2 fois par mois

En direct de Marseille (un podcast avec accent chantant :), Anaïs Bourdet (graphiste à l’origine de Paye ta shneck), Margaïd Quioc et Elsa Miské partagent les témoignages de femmes de tout âges dont la réaction a été détonante face à une situation sexiste, une violence ordinaire.

Chaque épisode est l’occasion de traiter un thème spécifique : le sport, le travail, la maternité, les vacances, le milieu militant, les règles, etc. au cours duquel les 3 animatrices nous offrent plusieurs anecdotes de femmes coincées dans des situations merdiques et qui ont réussi à s’en sortir par une pirouette ou un uppercut.

La preuve qu’on peut toutes être des héroïnes du quotidien et faire bouger les choses avec une réaction inattendue. Le message est résolument positif : on n’est pas seule, on est capable, on est les meilleures, on est des warriors !!!

Mon épisode préféré : Warriors en famille

Dans le genre, la preuve par l’expérience

Radionova, 50 minutes, 2 fois par mois

Ce podcast est sobre : un.e invité.e, une interview, déclinée autour des questions de genre, d’identification, de repères et d’identité. Le propos n’est pas ouvertement féministe mais interroge surtout la complexité d’une notion souvent réduite à des stéréotypes. Géraldine Sarratia n’ouvre pas le débat, elle accompagne l’invité sur les questions sinueuses de la construction de soi et c’est l’occasion de découvrir des versants méconnus de certaines personnalités.

Mon épisode préféré : Dans le genre de Constance Debré

 

Et toi, quels sont tes podcasts préférés ?

2 commentaires sur “5 podcasts féministes incontournables

Ajouter un commentaire

N'oublie pas de laisser un message avant de partir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :