Plongée dans l’absurde.

D’abord, on se retrouve à New York. Pas celui des séries télé, non, un bled paumé de l’Amérique profonde où les téléphones mobiles ne captent aucun réseau.

Le décor est posé.

tout_un_ete_sans_facebookC’est un polar sans aucun doute : une flic mutée pour mesure disciplinaire, un meurtre étrange, un commissariat où l’on s’ennuie et des personnages extravagants.

Pourtant, tout est raconté au 36e degré et je suis restée un peu dubitative tout le long du livre… Il est rempli d’un humour qu’on n’est pas forcé de trouver drôle.

Je me suis accrochée par curiosité, pour voir si la fin serait à la hauteur de la loufoquerie magistrale de cet ouvrage. L’auteur a un grand sens de la formule et son ouvrage se lit avec plaisir. Mais j’ai été un peu déçue : j’avais deviné le dénouement dès la moitié du bouquin.

Pourtant, j’ai très envie de le conseiller.

Pourquoi ?

D’abord parce que l’héroïne est noire, obèse et bien dans sa peau et que ce n’est pas courant… Surtout que Romain Puertolas réussi à nous la rendre singulièrement agréable si bien que j’ai senti en moi céder quelques clichés ! En particulier lorsqu’elle réussi à mettre le beau gosse de l’histoire dans son lit et que celui-ci en redemande 🙂

Ensuite parce que ce livre fourmille de références littéraires : Agatha Crispies, notre héroïne est la fière présidente d’un club de lecture comptant entre 0 et 5 membres. Les anecdotes concernent souvent les écrivains, elles sont bien amenées et m’ont donné grande envie de lire ou relire nombre de mes classiques !

Finalement, je crois que cet auteur est bien ancré dans son époque, il a beaucoup de choses à dire et des messages importants à faire passer. Je ne saurais dire si son humour le dessert ou donne de la portée à ses idées. A vous de voir 😉

Publicités