L’allaitement, ce n’est pas si facile. C’est même franchement compliqué : trop de lait, pas assez, sensation d’aliénation ou de plénitude, fusion, arrachement, place du papa, sevrage…

Oui, c’est naturel mais ce n’est pas instinctif !

Trouver la bonne position pour allaiter sereinement fait, selon mon expérience, partie des enjeux des premières tétées.

Qu’est-ce que c’est « allaiter » ? Je ne savais pas à quoi m’attendre, je ne savais pas comment m’y prendre et j’ai morflé : dès la première tétée pour ma fille – et j’en ai parlé ici : Allaitement – Saison 1, Dernier épisode, comme pour mon fils malgré ma relativement longue première expérience.

Le plus dur ? J’ai eu des crevasses particulièrement douloureuses. Et même si j’ai trouvé un moyen extraordinaire pour aider la cicatrisation (retrouvez mon billet : Mon astuce magique pour guérir les crevasses d’allaitement) et prévenir de nouvelles gerçures, il a fallu trouver la position idéale le temps de la cicatrisation.

C’était mon deuxième allaitement, j’étais plus fatiguée que pour ma fille et peut-être moins « acharnée » à sa réussite. Je crois que sans ça, j’aurai introduit des biberons et peut-être raté cette belle aventure qui continue….

Cela s’appelle le « biological nurturing » ou allaitement physiologique. Il faut s’allonger sur le dos en position semi-assise, bien calée surtout.

images

Au début, j’avais du mal à me laisser aller si bien que je n’ai pas trouvé immédiatement le soulagement espéré. Mais j’ai tout de même rapidement senti que la succion de mon fils n’était plus du tout douloureuse – les « appuis » changent par rapport à l’allaitement en madone et le bébé ouvre correctement la bouche sans avoir besoin de le manipuler, tout roule !

Cette position est aussi un merveilleux moment de fusion avec le nouveau-né qui trouve très naturellement comment se placer : le voir ramper vers le téton et s’abandonner, apaisé, la tête sur le côté reposant sur le sein maternel ou dans le creux de son bras… c’est fabuleux !

1872-hortense-breast-feeding-paul-oil-on-canvas-private-collection

Au final, j’ai tellement kiffé que j’ai continué après la cicatrisation complète de mes mamelons.

Bref, je recommande à toutes les mamans de la tester, plusieurs fois si nécessaire. Je l’ai dit, c’est un apprentissage et chacune n’y trouvera pas son bonheur mais, pour ma part, ça a été une révélation !

Mode d’emploi :

  1. Choisir un lit ou un fauteuil confortable
  2. Disposer beaucoup d’oreillers
  3. Y installer la maman
  4. Mettre son nouveau-né en bonne santé en ventre à ventre, couché sur sa maman
  5. Laisser la maman se caler dans la position la plus confortable pour elle
  6. Le bébé trouvera spontanément la sienne en glissant généralement un peu sur le côté ou en travers de sa maman
  7. Préférer le peau à peau.
  8. Prévoir un vêtement léger et une couverture par-dessus le tout si nécessaire. La température ne doit pas baisser
  9. Eviter les courants d’air ou les interruptions extérieures
  10. Préparer un grand verre d’eau ou un jus de fruit à votre convenance
  11. Laisser faire : câlins et bisous, contemplation et ravissement, chuchotis et caresses

laidback_breastfeeding

On voit bien sur le dessin que le bébé se positionne en travers de l’abdomen de sa maman et cale ses petites jambes dans les plis du bassin / cuisse de la maman.

Le nourrisson ainsi blotti contre sa maman se laisse rapidement aller à siroter quelques gorgées de lait, à intervalles irréguliers. La tétée se passe merveilleusement bien : la maman s’apaise, le bébé se calme, l’amour s’épanouit.

Cela fait maintenant longtemps que mon grand bébé ne veut plus s’installer aussi paisiblement pendant de longues minutes sauf peut-être au moment de l’endormissement [mais l’endormir au sein à 1 an, t’es pas fooolle ?!? il fera JA-MAIS ses nuits, si tu fais ça… mmmhhh, c’est un autre sujet…].

N’empêche, je repense à ces moments avec une grande sérénité et même si c’est un peu réchauffé,  je souhaitais partager mon expérience;)

Si tu allaites ou as allaité, tu peux nous raconter ton expérience, ta position préférée ou ton ressenti vis-à-vis de l’allaitement physiologique. Je suis sûre que ça intéressera toutes les mamans qui passent par là !

Publicités