A l’occasion de mon déménagement et du nécessaire tri, je me suis penchée sur les méthodes de désencombrement : ici d’abord avec la méthode KonMari puis de fil en aiguille, j’ai découvert la méthode FlyLady. Kesaco ? Ben , le manuel de la parfaite femme d’intérieur « moderne »

J’en suis très loin et aucune ambition de le devenir… N’empêche, j’ai eu quelques mois à passer à la maison et pour celleux qui l’ont déjà vécu, l’enfermement rend un peu psycho du rangement / ménage et je me suis dit que j’y trouverais peut-être certaines astuces pour ne plus avoir l’impression de crouler sous les tâches domestiques (ou, au choix, de vivre dans un appart crados…)

Quand je crie « au feu ! la maison moisit !!! » et que j’attrape le CIF pour enlever le plus gros, j’ai toujours l’impression d’agiter beaucoup d’air pour des résultats passagers voire même carrément invisibles…

L’idée qui m’a attirée, c’est d’adopter de bonnes habitudes, de ritualiser les activités et ainsi de gagner du temps et de se libérer l’esprit. Je me suis quand même dit que ça valait bien le coup de se renseigner !

Chaque jour une nouvelle habitude.

Habitude n°1 : récurer son évier tous les soirs

Bon ben là, j’avoue, j’ai bloqué. Ça commençait mal…

Je suis d’accord avec l’argument qui dit qu’il faut bien commencer quelque part mais bon… Laver 2 soirs de suite son évier quand les toilettes n’ont pas vu une éponge depuis 2 mois, je suis pas très emballée, moi !

Il faut savoir que j’ai pas pris du retard par négligence : je sais que c’est dégueu, je sais qu’il faut passer à l’action mais je manque de sommeil et de temps. Je ne suis pas une bonne petite ménagère qui veut s’améliorer. Je n’avais plus de femme de ménage et je considère le soin de mes enfants systématiquement prioritaires au nettoyage (même s’il est dans leur intérêt de vivre dans une maison saine… mais rassurez-vous, je caricature un peu pour l’effet narratif 😉

Bref, je voulais aller plus loin que la toute première étape quand même alors j’ai demandé une alternative sur le groupe FB dédié à la méthode pour les francophones (la créatrice de la méthode est américaine – no comment 😉. Là, on m’a rétorqué que « ça ne prend que 3 minutes » et j’ai compris que ces bonnes dames (oui, pas d’hommes, inutiles de le préciser…) ne devaient pas avoir à arbitrer entre un milliers de trucs qui ne prennent « que 3 minutes » ou bien que les tâches ménagères faisaient partie de leur top list.

Je dois reconnaître que voir mon évier étincelant ne m’apporte qu’une satisfaction très fugace comparée à 3 minutes de sommeil en plus.

Bref, j’ai fermé ma gueule. J’ai pas nettoyé mon évier. Je suis passée au point 2.

Habitude n°2 : s’habiller des pieds à la tête à peine levée.

Alors, là, j’ai commencé à me marrer : j’imagine la petite dame des années 50 bien pomponnée pour accueillir son mari-à-cravate-de-retour-du travail qui, après une longue journée de récurage lui susurre à l’oreille : « si tu veux faire l’amour ce soir, chéri, je me suis aussi bien nettoyé la foufoune ! » 😀 [Qu’est-ce que je peux être vulgaire, parfois !] Je me suis aussi dit que j’allais m’en tenir là…

Puis, j’ai un peu retourné cette idée dans ma tête et j’ai réalisé que je suis vachement plus efficace les jours où je démarre sur les chapeaux de roue que ceux qui commencent par 3 heures de petit dej / pyjama / revue / radio… J’aime bien ça aussi, bien sûr, mais quand il y a trop de trucs à faire qui s’entassent, ça finit immanquablement par un craquage – Papaidi trinque en premier, les enfants après – et c’est dommage.

La question reste de savoir si c’est le fait de s’habiller qui donne la pêche ou si c’est parce qu’on a la pêche que ces journées-là se passent mieux ?

Sans réponse à cette épineuse question, je me suis dit que j’allais essayer pendant quelques semaines – les jours ouvrables 😉 et voir si ma to-do-list diminuait significativement.

Les instructions officielles impliquent de « porter des chaussures à lacet« . Le laçage donnant le top départ d’une belle journée de labeur. Pareil, au premier abord, j’ai encore trouvé ça con… puis je me suis rendue compte que mes gros chaussons s’accrochent partout quand je m’active et manquent même me faire tomber. Comme je tiens à maintenir l’interdiction de porter des chaussures à l’intérieur chez moi, j’ai pensé adopter ma paire de tennis de fitness (donc déjà réservés à une utilisation en salle mais inutilisés depuis des mois 😉 et comme ça, en plus, je peux dire que je me suis remise au sport 😀

Le dernier point de ce petit rituel implique de faire quelque chose pour soi (genre s’épiler la foufoune ?! bon, j’arrête, je pense que ça ne fait rire que moi… menfin, après tout, c’est MON blog 😉 Donc, faire quelque chose pour soi : j’interprète ça comme une injonction à ne pas simplement enfiler un tee-shirt et traverser la salle de bain en coup de vent… C’est vrai que lorsque les enfants dorment encore ou que Papaidi n’est pas encore parti, j’aime profiter de ce moment pour me pomponner un peu, l’humeur s’en porte mieux !

Alors, banco pour l’habitude n°2 !!

Habitude n°1 bis

nettoyage de printemps avec la méthode flylady
Source Thomas Hawk 

J’ai repensé à l’évier… et à l’idée que c’est davantage le rituel qui importe que l’objet alors, j’ai créé MON habitude n°1 (vous ne saviez pas encore à quel point j’étais rebelle !?!) : je prépare ma lessive du lendemain juste avant de me coucher.

Eh bien, ça marche !!! Je n’ai que rarement manqué le rendez-vous, je ne pense plus à mes lessives dans la journée (ou alors, je me dis, on verra ce soir…) et je me sens un peu moins agressée par le linge sale 😉

En tant que migraineuse, je savais déjà que la routine avait du bon ! Je dois quand même reconnaître que ça demande une certaine discipline qui parfois me manque… Je suis assez convaincue que la répétition automatique des tâches permet de se vider la tête et me ferait souvent le plus grand bien…

Habitude n°3 : préparer ses vêtements pour le lendemain

Fastoche, je le fais déjà ;)… les jours où je m’habille !

Habitude n°4- 5-6 -etc.

A ce moment-là, la méthode détaille 3 ou 4 façons de ranger sa maison en fonction de la nature du bazar / de l’endroit où il se trouve / d’un chronométrage précis : 2, 5 ou 15 minutes, pour une pièce entière ou des « hot spots » ou un secteur…

J’ai lu et relu les explications. Cherché dans le lexique ad hoc. Essayé de trouver des exemples pour mieux piger les différences. Je suis allée voir ce que propose la méthode pour les jours suivants (un calendrier, c’est déjà fait… des encouragements, bonne idée… faire son lit, très peu pour moi…) puis je suis retournée à ces histoires de rangements.

J’ai pas compris, certaines de ces subtilités ont dû m’échapper mais je n’ai pas pu m’empêcher de penser que ranger ce qui est en bazar, ça relevait du bon sens… et dans mon cas, ce n’est pas le désordre qui me tracasse le plus. En revanche, peut-être que se donner un temps imparti – court et précis – pour faire une tâche améliore la concentration et par là même, l’efficacité… je me suis dit que j’avais déjà testé ça sur d’autres activités… je me suis dit que peut-être demain, j’essaierai…

Bref, j’ai laissé tomber :-/

PS: je ne veux pas paraître injuste avec les membres du groupe FB et les adeptes de la méthodes : l’ambiance y est vraiment très sympathique et on y trouve autant de soutien que nécessaire ! J’ai d’ailleurs intercepté quelques astuces que je mets maintenant en pratique tous les jours (je n’avais jamais pensé que mettre un peu de savon dans le réceptacle de la « brosse-à-chiottes » permettait sans effort de nettoyer la cuvette à chaque gros-caca-qui-tâche 😀 Alors merci et sans rancune 😉

PPS: il y a un départ groupé tous les mois sur le groupe FB, peut-être que je trouverai l’énergie de m’y coller de nouveau un de ces 4 !

PPPS: et toi ? tu as trouvé un moyen miraculeux de vivre dans la propreté sans t’épuiser ? vas-y partage !!!

Publicités