Le parent par défaut, c’est moi… et il faut que ça change !

Le papa de mes enfants est génial, je n’ai pas grand chose à lui reprocher : calme, patient, attentionné, disponible, il passe un temps fou avec sa grande fille – piscine, square, trottinette…, change les couches du bébé, donne le bain, prépare les repas de toute la famille, se lève la nuit, fait les courses, gère le stock de couches, motive la grande pour le pot, etc.

Non, vraiment, je n’en changerais pour rien au monde et pourtant…

Pourtant, il y a des choses que je n’arrive pas à partager et qu’il n’endosse que très rarement : se faire du souci pour un bouton bizarre, penser à acheter un nouveau pantalon en 4 ans, vérifier qu’il y a suffisamment de bodys propres pour le petit dernier, réfléchir aux nouvelles activités qu’on pourra proposer à la grande à la rentrée, savoir quelle quantité de protéines ou de féculents donner, envisager un changement de mode de garde, se demander si on vaccine ou pas, se préoccuper du temps qu’il fait pour emporter – ou non – un imperméable, s’inquiéter pour la couleur des selles, lire des bouquins d’éducation, penser à emporter de l’eau systématiquement, envisager le pire, mettre les affaires de piscine à sécher, s’interroger sur les pédagogies alternatives et la date de rentrée à l’école, savoir si on aura un pull assez chaud et à la bonne taille au mois de novembre, nettoyer à fond la pipette de Doliprane, choisir les livres jeunesse qui les accompagnent dans les moments difficiles…

Bref, nos préoccupations ne sont pas les mêmes : est-ce parce qu’il sait mieux que moi vivre dans l’instant ? ou bien est-ce parce que je suis – et je resterai – le parent par défaut ?

Bzzzz… clac, je rembobine (tu entends pas la VHS qui rembobine, là ?!? ah… tu sais pas ce que c’est une VHS ???) ! Papaidi est tombé sur mon billet (mais euh… tu parles de moi, là !?!) et s’est vexé… Je comprends. Mais ce qui est vraiment intéressant, c’est que ça a ouvert la discussion sur un sujet somme toute récurrent mais cette fois-ci, j’ai l’impression que nous avons avancé 😀

Selon lui, nous faisons chacun des tas de micro choses que l’autre ne voit pas. J’en conviens et je reconnais que ce que je fais « en plus » me saute aux yeux… pas forcément ce que lui fait… et que en y réfléchissant, il fait des tonnes de trucs dont je ne me préoccupe pas du tout : payer la nounou et toute la paperasse associée, trouver des idées de repas, descendre les poubelles et les cartons Amazon, etc. Et surtout essayer de rentrer le plus tôt possible du boulot pendant des mois pour me soutenir (alitement, bébé à reflux, grande en plein terrible two puis déménagement, grosse déprime, toussa, toussa…). Il m’a aussi fait remarquer qu’il ne se préoccupe pas des tâches qui me sont dévolues parce que je les rempli à la perfection (c’est moi qui souligne, il est pas lèche-botte 😉 et que du coup, il sait n’avoir pas besoin d’y penser. A moi donc de lui demander clairement de l’aide si j’en ai besoin !

Finalement, je me rends compte que, une fois de plus, le non-dit pourri la pomme et que j’ai une forte tendance à noircir le tableau. Du coup, je reprends la conclusion :

Est-ce parce que je suis le parent par défaut ? ou plutôt parce que j’ai une propension à voir le verre à moitié vide, coller mon nez ce que je fais plutôt que de prendre du recul sur la globalité de notre organisation familiale, ne pas verbaliser mes difficultés, charger la mule avec des préoccupations totalement accessoires et oublier de profiter du moment présent ???

Ne plus être le parent par défaut, ce serait donc déjà ne plus se vivre comme tel et valoriser les relations inter-parentales plutôt que de stigmatiser la liste de ce que l’un / l’autre fait ou pas…

Et toi, quelle est ton organisation familiale ? Qui en fait le plus ? Qui râle le plus ? Quels sont les trucs qui marchent ? Qu’est-ce que tu voudrais changer ?

21 commentaires sur “Le parent par défaut, c’est moi… et il faut que ça change !

Ajouter un commentaire

  1. Chez nous, c’est plutôt Maman pour l’intendance, les devoirs, les punitions, les courses, les repas souvent, les activités de la grande, les jeux, les douches, …. enfin la vie courante et Papa pour le bon côté, le jardin, le foot … et les gros yeux une fois de temps en temps, quand Maman est à bout ! Du coup, avec deux enfants aux caractères bien trempés, cette semaine, comme Papa est en vacances, j’ai proposé un jeu : on inverse les rôles… je suis là pour les câlins, le jeu et Papa pour le reste … GRRRR manque de bol, l’instit de la grande est malade donc pas école et le second se tient à carreaux parce que Papa est là et qu’il a décidé d’être en pleine opération séduction ! Un exemple : Papa est parti emmené la grande à la danse, et … le petit vient de me regarder et … en souriant de façon narquoise a fait caca dans sa culotte (5 ans) !! Inutile de dire qu’il ne le fait qu’avec moi …

    J’ai quand même réussi à faire naître une discussion, salutaire, il a reconnu qu’il était « faible » avec sa fille, et que les enfants n’avaient pas le même comportement avec l’un et l’autre, … on a bien discuté, c’est important, et on dirait que ça a été cathartique aussi pour la grande, parce que quand je lui ai dit « cette semaine, on inverse, je vais au boulot et papa gère tout, même les devoirs, les douches et les activités, … elle a parue décontenancée et elle est plus gérable depuis lundi ….
    A suivre

    Aimé par 1 personne

  2. C’est fou! Je reconnais totalement mon couple dans ton billet. Nous nous sommes chamaillés pas plus tard que ce matin. Je reproche à mon mari de prendre son temps le matin, pendant que je m’occupe quasiment de tout. Mais j’ai aussi tendance à voir le verre à moitié vide. Il a des horaires de dingue et n’est quasiment jamais à la maison. Pourtant, quand il est là, il s’occupe beaucoup de nos filles. Je travail à domicile et j’adapte mes heures de travail en fonction des besoins de la famille. D’où cette sensation d’être toujours là pour tout faire.

    Aimé par 1 personne

    1. LOL ! la douche de monsieur qui dure des plombes et les enfants tout prêts quand il en sort… je le lui ai aussi fait remarquer il n’y a pas si longtemps 😉 Maintenant, j’essaie de me doucher en premier et… de prendre mon temps !

      Aimé par 1 personne

  3. Chez nous, c’est exactement pareil. Il s’occupe beaucoup de notre fille. Mais je reste le parent « référent ». Il oublie les doudous de ma fille 1fois sur 2 chez la nourrice, il mets un pot tout fait dans le sac alors que j’ai préparé plein de repas maison (et que je lui ai dis 50fois), il ne ferme jamais les boutons de ses tee-shirts, oublie de la coiffer … Parfois je râle quand j’ai l’impression que ça n’évolue pas. Parfois je me dis qu’il fait déjà beaucoup et je ne veux pas le bloquer en revenant systématiquement sur sa façon de faire. Et mon côté féministe s’insurge souvent quand j’entends « oui mais déjà c’est pas mal pour un papa, en général ils n’en font pas tant que ça… » Bref, pas toujours facile !

    Aimé par 1 personne

  4. Très interessant cet article! Surtout le fait qu’il soit tombé dessus et que ça vous ai permis d’en discuter. Personnellement, comme La Fabrique d’Éco Lo, je suis « mère au foyer forcée par le chômage », donc le parent par défaut et ça se sent quand même dans le comportement de FeuFolet vis à vis de nous.
    Toutefois, je sais que le Breton reconnaît cet état de fait et qu’il m’aide (de plus ou moins bonne grâce) quand je lui demande. J’espère surtout que nous réussirons à réorganiser notre gestion et partage des tâches le jour où j’aurais la chance de trouver enfin un travail …

    Aimé par 1 personne

    1. Le retour au travail est un vrai défi, je crois, pour retrouver un équilibre réel : je vais travailler au 4/5e mais mon mercredi n’a pas pour vocation à être consacré au ménage ou aux tâches administratives… Pas forcément facile d’après les expériences de mon entourage 😦

      Aimé par 1 personne

  5. Très pertinent cet article! J’aurais pu l’écrire aussi, quasiment tout pareil… mais on a eu l’occasion de discuter, de mettre à plat mes frustrations de « mère au foyer forcée par le chômage ». J’ai très envie de retrouver du travail, mais ça va mieux quand même. Vive la discussion, et bravo à vous deux de donner un bel exemple de partage des tâches!

    Aimé par 2 personnes

    1. Rester à la maison donne franchement l’impression de gérer un milliard de trucs… je crois que le pire, c’est de n’avoir que très peu de fenêtres pour réellement lâcher prise 😦 Bon courage à toi en tout cas !

      Aimé par 2 personnes

      1. Demande toujours, le mien ça le gonfle sérieusement aussi !! Surtout cette période qu’il déteste, il a les larmes aux yeux dès qu’il voit une photo de Lucie le premier mois…
        Dans ce cas là j’ai mis en avant l’argument de « pour Lucie quand elle sera adulte » et il a cédé, mais il y a pas mis sa plus grande volonté, j’ai dû pas mal incité et l’aider en faisant des questions.
        Tu perds rien à demander 🙂

        Aimé par 1 personne

    1. La discussion, c’est tellement important… et pourtant pas toujours facile à faire !!! on le sait mais on reste trop souvent en retrait par rapport à son ressenti et ses émotions… ça fait du bien quand ça peut sortir pour de bon !!! (plaisir de te savoir passée par ici malgré ma discrétion en ce moment 😉

      Aimé par 1 personne

      1. c’est clair , entre les mots qui n’ont pas le sens de ta pensée, je dis ça car le mien , tente de trop lire entre les lignes , il voit trop loin!!! mais bon ça fait du bien y’a pas de doute 🙂 c’est toujours avec plaisir que je lis de tes news (tu le sais quand même?!!!) et pour ta discrétion, je suis la première à la comprendre t’inquiète pas, bises

        Aimé par 1 personne

  6. La répartition des tâches 50-50 c’est une utopie. Quand on est crevé on a toujours l’impression de tout gérer car on se focalise sur soi et ses émotions. Et c’est humain.
    Apprenons à faire au mieux. Tout n’est pas toujours urgent je crois.

    Aimé par 1 personne

    1. La gestion des urgences (et des importances 😉 permet de relativiser beaucoup de situations !!! Malheureusement, ça nécessite de « se poser » quelques minutes pour prendre du recul et parfois, on n’y arrive pas 😦

      Aimé par 1 personne

N'oublie pas de laisser un message avant de partir !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :