Voilà, un projet de longue date se concrétise : Papaidi à trouvé du travail sur Lyon. En 2016, nous vivrons là-bas : des nouveaux objectifs professionnels, un nouvel appartement, des retrouvailles, des espaces à découvrir, des rencontres… Un temps de trajet réduit, plus de verdure, une surface habitable plus grande… Cette nouvelle m’a donné une pêche d’enfer !

J’aime faire des projets, penser à l’avenir, sortir de ma zone de confort aussi… Cette situation me redynamise et je me sens plus efficace : avoir un but me permet de faire de plus grand pas dans la direction que je me suis fixée. J’en aurai presque retrouvé l’envie d’aller au boulot 😉

Pourtant, à la pensée de ce que je vais laisser, une immense nostalgie s’empare de moi. La plupart de mes ami.es sont déjà parti.es mais certain.es restent.

J’ai aussi créé dans mon quartier un réseau de sympathie : tatie Picard ou la boulangère – la blonde, un peu moins la brune – qui s’extasient devant les boucles d’or de MiniJoie et la vendeuse de chez Petit Bateau qui la salue par son prénom ! Mon ange gardien.ne qui récupère mes colis, m’apporte du pain lorsque je suis cloîtrée ou intervient sur une fuite à 2h du matin… La nounou de MJ bien sûr qui m’a nourrie pendant 2 semaines après l’accouchement de Bout2Joie et qui prend si bien soin de ma fille. De longs mois ont été nécessaires pour faire de ce bout de Paris mon village et cela va me manquer. Infiniment.

Il va falloir tout empaqueter aussi et pour y parvenir, ranger, trier, jeter, farfouiller au fond des placards et retrouver des affaires oubliées depuis le précédent déménagement ! J’essaie de « m’alléger » depuis plusieurs mois : accorder moins d’importance aux objets, dématérialiser mes préoccupations, jeter ou donner davantage que je n’achète… Pourtant, je reste une consommatrice effrénée désespérément attachée à tout un tas de futilités encombrantes. Un déménagement est donc toujours une épreuve !

Et surtout, il faudra abandonner cet appartement qui a vu mes plus grands bonheurs : la vie commune avec Papaidi (un pari angoissant au début qui s’est avéré être mon îlot de sérénité !) puis la naissance de nos 2 enfants.

demenagement paris lyon
Source thierry llansades

Une page se tourne donc et j’ai peur de laisser le meilleur de ma vie derrière moi. C’est un nouveau défi que nous nous lançons : bouger les lignes pour consolider le noyau familial. N’empêche, rien n’est jamais gagné d’avance : je croise les doigts.

Et toi, quels sont tes grands projets pour les mois à venir ?

Publicités