Comme à chaque fois qu’une situation nouvelle se présente, je me pose des questions… et je cherche des réponses ! Je cherche aussi beaucoup à déculpabiliser et ce livre m’y a bien aidé !!!

En effet, décider de faire un deuxième enfant quand celui qui prendra le statut d’aîné a encore moins de 2 ans soulève un nombre incalculable de questions ! C’est encore un si petit bébé qui a encore besoin d’être porté, qui ne sait pas partager, qui n’est pas encore propre et réclame régulièrement la becquée… Même si je suis persuadée que le choix que nous avons fait est le bon, qu’il répond à un projet familial cohérent, je ne peux parfois pas m’empêcher de penser que nous avons fait une crasse à MiniJoie !

Ce petit livre court et synthétique au format plaisant (un peu plus grand qu’un poche avec des pages épaisses) fait le tour des problématiques liées à l’arrivée d’un deuxième enfant avec une approche simple et directe. Certes, on peut lui reprocher de rester assez superficiel, fait essentiellement de conseils de bon sens. Il ne permet pas de « creuser » la psychologie de l’enfant qui devient aîné mais il permet de balayer la plupart des situations rencontrées avec l’arrivée d’un nouvel enfant : la peur de la rivalité, les inquiétudes sur l’écart d’âge, l’importance de continuer à consacrer du temps au grand, les échographies, le choix du prénom, la préparation du départ à la maternité, l’annonce et la rencontre, le retour à la maison, le partage de la chambre et des jouets, les gestes agressifs éventuels de l’aîné, etc.

Source Jeff Golden https://www.flickr.com/photos/jeffanddayna/
Source Jeff Golden 

Tous les tabous sont abordés de front : les préjugés les plus courants, les phrases destructrices et les angoisses tues. Je crois qu’ils me sont tous tombés dessus (ou me tomberont dessus) à un moment ou à un autre et j’ai trouvé que ce livre réussissait constamment à mettre un peu de recul dans ces situations pleines d’affect et d’ambivalence.

Ce questionnement anxieux [à propos de l’écart d’âge] tourne presque toujours autour de deux grands thèmes indissociables : complicité et jalousie. Comme si l’un était constructeur et l’autre pas. Les « bons » sentiments, seuls, sont aujourd’hui valorisés au point que l’on en vient à redouter d’autres sentiments naturels qui participent pourtant, eux aussi, à la construction des enfants. La rivalité, l’envie d’écraser l’autre, l’envie tout court, sont des états passagers, qu’il faut savoir reconnaître mais pas forcément brimer. Aucune fratrie n’y échappe !

[…]

Le premier enfant a renvoyé chacun des parents à ses propres parents, sa propre histoire. Il est aussi venu révéler – et idéalement sceller – la relation amoureuse. Le second enfant (comme tous les suivants) projette cette fois les parents vers leur descendance, car […] il représente toujours un projet de stabilité qui vient étayer la relation (c’est un pied de plus au trépied) et l’équilibrer. Même pour l’aîné cette nouvelle dynamique est perceptible et rassurante.

[…]

L’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur n’est pas une décision démocratique familiale, et il ne sert à rien de le faire croire à votre aîné. C’est même passablement angoissant pour lui : il n’a pas envie, au fond, d’être considéré comme l’égal des adultes.

A chaque situation, quelques lignes permettent d’exposer le contexte et propose très concrètement une façon de réagir. J’ai bien apprécié les répliques et attitudes qui nous sont suggérées : elles permettent d’élaborer une réaction adaptée à partir d’une réponse-type et des formules à éviter. Pas de phrases alambiquées ni de concepts abstraits, on a l’impression d’avancer !

Intéressant aussi : il aborde les sujets des fausses couches (précoces ou tardives) ou de l’arrivée d’un nouveau bébé dans une famille recomposée et celui de l’adoption.

A la fin de chaque section, un résumé rappelle les points essentiels : même si la plupart n’ont rien de particulièrement éclairant, leur formulation positive et sans détour délivre une force déculpabilisatrice puissante ! (et je me permets d’inventer des mots sur ce sujet, parce que je me considère comme une grande spécialiste 😉

Chaque fois qu’on souligne négativement une chose, on la suscite, puis on la renforce et finalement, on la légitime.

Je mettrais juste un bémol : il n’y a dans ce livre que des grands-frères et des petits-frères… Ok, je comprends que c’est utilisé comme un terme générique. Disons qu’on peut mieux faire !

Quand aux réactions décrites comme spécifiques aux petits garçons ou aux petites filles, je ne veux pas tout rejeter en bloc puisque ce n’est pas le propos du bouquin et que je n’ai pas le courage de  m’attaquer à la théorie du complexe d’œdipe aujourd’hui mais je ne vois pas pourquoi un petit garçon ne pourrait pas avoir d’attitudes maternantes par exemple…

Ceci étant dit, pour faire court : je le conseille !

on attend un nouveau bébéTitre : On attend un nouveau bébé. L’accueillir dans la famille.
Auteurs : Dr Bernard Geberowicz & Florence Deguen
Editeur : Albin Michel
Collection : C’est la vie aussi.
Prix : 8,60 €
Format : 180 mm x 130 mm
140 pages

Rendez-vous sur Hellocoton !

Et n’oubliez pas de liker ma page FB !!!

C’est ma participation du jour aux Vendredis Intellos.

Publicités