Après quelques mois de blogging, je continue mon tour d’horizon des réseaux sociaux : décryptage et impressions.

Alors, vous connaissez Instagram ? Sinon, le principe est simple : on publie des #photos, rien que des photos et encore des photos. Au format carré, bien sûr ! Il y un champ pour le commentaire qui les accompagne mais honnêtement, qui le lit ? En fait, seuls les #hashtags permettent une sorte de classement, un moyen de rechercher et / ou de retrouver des photos autour d’un thème donné…

instagram logoEt vous pouvez me suivre sur IG : ici. Je participe au projet 52 de Milie – c’est quoi ce bruit chaque semaine (ou presque…)

L’idée fondamentale est de partager tous les instants de sa vie sous forme d’image : je prends ma douche *photo*, je bois un café *photo*, oh tiens ! il pleut *photo*, je déjeune avec une copine *photo*, je craque pour un foulard bleu *photo*, etc. Ça me rappelle un peu les Pola(roïds) de notre jeunesse enfance qui accompagnaient nos vacances.

Une certaine image du bonheur

Vos abonnés peuvent voir défiler votre journée sous forme de planche contact avec #filtres plus ou moins élaborés… Parce que les filtres jouent pour beaucoup !!! Du #nofilter quand le ciel est bleu et que tout va bien à la photo complètement retouchée, floutée, taguée… bref, méconnaissable lorsque la réalité toute nue ne peut pas se montrer.

Oui, n’oublions pas que sur Instagram, la vie est belle !!! C’est d’ailleurs un des aspects que j’aime bien : nous obliger à voir le bon côté des choses… Il est de mise de résumer sa journée par une série de clichés PO-SI-TIFS : pas de photos d’ongles incarnés ou de maquillage brouillé par les larmes ! C’est un exercice un peu forcé mais on pourrait l’inscrire dans une démarche de psychologie positive (anciennement appelée Méthode Couët 😉 qui finit par porter ses fruits (c’est prouvé !)

Il est aussi de bon ton de décrire le contenu de son compte en anglais, avec toute une série de hashtags afin d’être rapidement identifiable par l’onglet de recherche ! J’ignore si les « french family lifestyle blogs » ont plus de succès à l’international que les autres (et si les abonnés s’attendent à voir une photo de baguette de pain chaque jour de bon matin…) mais ce n’est pour moi qu’une preuve supplémentaire que tout est dans l’image !!!

Le royaume de l’insignifiance

L’interactivité est facile et légère : on fait défiler les photos et on appose des cœurs (décidément, le monde est plein d’amour sur la toile ;), voilà tout ! en quelques minutes, on fait le tour des instants marquants de nos copinautes… C’est rapide et futile, c’est de la consommation frivole de contacts virtuels. Un peu comme lorsqu’on croise un voisin dans l’escalier et qu’on lui lance un « ça va ? » de pure forme sans attendre – et encore moins écouter – la réponse…

mes pieds sur IG
Mais si, ils sont beaux mes pieds !!!

Finalement, c’est clairement un outil non nécessaire. Cependant, il n’est pas très chronophage et il permet de satisfaire nos instincts voyeuristes : j’ai rapidement remarqué que les photos avec progéniture en gros plan ou selfies humiliants récoltent une quantité de cœur absolument invraisemblable ! Il donne parfois à voir de jolis paysages ou de belles fleurs et permet de s’évader en quelques secondes. On y trouve aussi toute sorte d’assiettes, gourmandises et recettes en photo pour les jours où l’on manque d’inspiration ou d’appétit. Les créations manuelles diverses tiennent aussi une bonne place !

Techniquement, un outil à usage unique

Ne cherchez pas, tout est dans l’appli ! Contrairement à la plupart des autres supports, on ne peut rien faire de plus depuis une page web et même au contraire… Je n’ai d’ailleurs jamais réussi à poster une photo depuis mon PC ni accéder à mes messages privés (IG direct). En gros, l’outil nous limite à prendre une photo avec son téléphone (indispensable donc !), la retoucher rapidement et la partager.

Ensuite, on n’est même pas en mesure de récupérer ces photos (elles sont stockées sur le téléphone mais impossible de les récupérer via l’appli ou sur le site IG en cas de crash de mobile par exemple…), on ne peut pas reposter facilement des images (il faut une autre appli ou alors faire une capture d’écran) et si on a la possibilité les publier en même temps sur certains autres supports comme FB ou Tubmlr (pas G+ ni Pinterest… une histoire de gros sous !), je n’ai jamais réussi à configurer le partage sur Twitter

IG ciel
Parfois (rarement), il fait beau à #Paris… et j’y étais !!!

En revanche, pour les #concours, je trouve qu’il est généralement plus facile de participer sur IG que sur FB (bien qu’il soit tout de même nécessaire de capturer l’écran puis de récupérer les pseudos et hashtags de l’organisateur…)

Pour ce qui est du suivi des abonnement, cela reste un mystère : j’ai l’impression qu’il y a un sérieux trafic puisque j’ai constaté plusieurs fois que j’étais abonnée à des individus n’ayant aucun points communs avec moi et comptabilisant un millier ou plus d’abonnés pour 4 ou 5 publications… Bref, c’est un point à surveiller : je ne voudrais pas suivre involontairement un compte louche :-/

Finalement… rien !

Je dois reconnaître que je ne l’utilise pas beaucoup : je partage deux photos  grand max par jour, je n’organise pas de concours, je n’ai pas de thème de prédilection (donc pas de hashtag récurrent), etc. Mon compte Instagram ne m’apporte strictement aucun visiteur sur le blog !

Il m’a tout de même permis de faire quelques rencontres sympathiques pour la confection du BJB de MiniJoie et ma curiosité se rassasie des indiscrétions des autres instagramers mais franchement, c’est à l’image de notre société : un mode de consommation expéditif et boulimique de photos volées… 

IG screenshot EuphrosyneQu’est-ce que vous pensez d’Instagram ? Quel genre de photos vous publiez ? Quel thème vous aimez y trouver ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Et n’oublie pas de liker ma page FB !!!

Envie de lire mes autres billets sur les réseaux sociaux ?
J’ai déjà parlé de Facebook ici, WordPress ici et Hellocoton ici.

Publicités