La nounou de MiniJoie vient du Maghreb. Elle a un fort accent. Elle est voilée.
MiniJoie l’adore. J’ai confiance en elle.

Je sais que ce choix avait reçu un accueil mitigé dans notre entourage proche. Néanmoins, il a été une évidence pour Papaidi et moi. Pas un instant, nous ne l’avons regretté.

Il y a quelques jours, au cours d’une conversation banale (la pluie, le beau temps, le programme du week-end, les vacances à planifier…), j’entends ce commentaire : « et la nounou ? elle se sent comment avec les événements récents ? » Sur le coup, je n’ai pas correctement défendu celle qui prend soin de ma fille chaque jour.

Qu’aurais-je dû répondre ? Bien sûr que chacun d’entre nous a été bouleversé. Mais bizarrement, la question ne concernait pas mes collègues – majoritairement des mâles blancs d’origine catholique. (Alors que personnellement, leur mutisme me choque. Ce n’est pas le sujet aujourd’hui.)

Mais depuis lors, je rumine cette remarque : le fait d’être voilée lui donnerait-il une quelconque responsabilité vis-à-vis du comportement absurde de quelques illuminés ? Non, je l’affirme haut et fort : NON !

Ma position vis-à-vis du voile est mitigée mais ce n’est pas le débat.

Je crains les amalgames plus que tout. Ce qui m’effraie encore plus est que j’évolue dans un milieu cultivé, relativement ouvert et qui se revendique comme non raciste… En pratique, le racisme perce à travers certaines paroles prétendument anodines. Souvent.

Quels propos circulent donc ailleurs ? Là où les reportages à sensation sont la seule source d’information et où la xénophobie est érigée en valeur…

Je n’ai plus confiance en l’avenir. J’ai peur.

fixing my hijab
Source rana ossama

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités