Chaque jour (ou même un peu plus), les femmes dans un milieu d’homme doivent essuyer des remarques légères (comme du poil à gratter qui ne fait parfois sont effet que quelques heures après : mais il a vraiment dit ça ???) qui mettent à mal notre crédibilité.

Les « est-ce que tu peux envoyer cet avis de réunion pour moi ?« , « tu fais le compte-rendu, hein ?« , « tu pourrais garder le passe de la cantine pendant mes congés ? » ou carrément les attaques directes du type « c’est pas pour les filles » jusqu’aux allusions sur vos relations supposées étroites avec votre chef (ben ouais, sinon, comment auriez-vous eu le poste ??? les fesses pas le cerveau, bien entendu !!!).

Sache, mâle qui pourrait tomber par inadvertance sur ces lignes, que ce genre de remarques, aussi minuscules soient-elles, sapent durablement notre confiance, notre optimisme et notre bonne volonté. Elles ont un effet notoirement fédérateur pour ces hommes qui partagent ces commentaires d’un rire gras ou même seulement d’un sourire de connivence. Pourtant elles ont un effet durablement dévastateur sur l’image que vous avez de moi, de nous.

Correspondance manuscrite
Source Nadia Lyon 

Homme, imagine une seconde passer une semaine au milieu d’un groupe de filles qui n’auraient de cesse de faire allusion à la taille supposée inférieure à la moyenne de ton pénis… Alors, quelle que soit la taille de ton pénis – et a fortiori aussi gros soit-il -, je suis sûre que tu le regarderais différemment le soir, sous la douche…
Et au lieu de rester concentré sur tes tâches principales et tes objectifs, tu passerais quelques minutes devant la glace le matin afin de vérifier l’effet que fait ton pantalon sur la bosse de ton entre-jambe.
Et ça, c’est du temps et de l’énergie objectivement perdus par rapport à ce que tu souhaites VRAIMENT faire de ta journée !

Publicités