Nous avons passé l’un de nos week-end de Mai avec des amis en Bourgogne. La maison était pleine d’enfants de 0 à 7 ans. Cette occasion à été intéressante pour observer MiniJoie dans un environnement nouveau. Et je n’ai pas été déçue…

D’abord, il faut savoir que MiniJoie semble très sociable. Elle adore attirer l’attention et fait déjà le clown lorsqu’elle a du public. Dans les transports en commun aussi, elle cherche à attirer les regards, tape sur l’épaule du voisin et fait d‘immenses sourires à tous ceux qui tournent la tête dans sa direction. Elle aime aussi s’approcher des bébés dans leurs landaus et les montre du doigts en disant « baba ! ».

Mais bizarrement, elle n’est que peu allée vers les autres enfants. Je savais que les enfants de cet âge-là ne jouent pas ensemble
(sauf quand un petit groupe de filles s’est installé « autour » d’elle – davantage que « avec elle » – pour jouer avec la terre…) Pourtant, je pensais qu’elle chercherait à s’en approcher, à les observer « de près », à les imiter
Que nenni ! elle a continué sa vie de son côté et surtout du côté de son Papa et de sa Maman

Jeux de terre

Le seul moment où elle est vraiment entrée en interaction avec d’autres enfants a été pour ma première honte de Maman…
Nous avions loué vélos et carrioles pour les enfants afin de faire des ballades aux alentours du gite. MiniJoie s’est donc retrouvée assise, attachée à côté d’une petite fille un peu plus agée qu’elle. Au bout de quelques minutes, en me retournant pour voir si tout se passait bien, j’ai vu MiniJoie en train de taper la petite fille. Je me suis immédiatement arrêtée et j’ai expliqué fermement qu’il ne fallait pas taper. On repart et quelques instants après: rebelote ! Re-morale. Elle avait l’air très satisfaite d’elle-même et ne se départissait pas d’un grand sourire narquois. La petite fille gémissait doucement « elle m’embête… » tout en se recroquevillant dans le coin de la carriole. J’étais déjà terriblement génée mais ne savait pas vraiment quoi faire d’autre que d’expliquer qu’il ne fallait pas taper.

Finalement, à la troisième reprise, lorsque j’ai vu MiniJoie suspendue au chapeau de la petite fille pour essayer de le lui enlever, j’ai stoppé net, descendu la petite terreur de la charrette et expliqué que pour nous, la ballade s’arrêtait là pour que la petite fille puisse profiter un peu de la sortie, tranquille à l’arrière du vélo tracté par Papaidi.
Nous sommes ainsi restées toutes les 2 sur le bord de la piste cyclable.L’idée n’était pas tant de la punir que de l’empêcher de nuire… J’ai tenté de lui ré-expliquer au calme la situation. MiniJoie en a profité pour ramasser des morceaux de bois et n’avait pas l’air franchement déçue d’avoir ainsi vu sa promenade écourtée.

ballade à vélo

Bref, je n’ai pas pu m’empêcher de me demander ce qui fait qu’un tout-petit en tape un autre ? La ritournelle de la culpabilisation s’est enclenchée sur le mode: « En quoi ai-je mal fait ?« , « Manque-t-elle d’amour ?« , etc. Elle m’a déjà tapée au visage ou sur la poitrine mais je l’ai toujours arrêtée en lui disant que frapper était formellement interdit. Je lui ai aussi suggéré de transformer ses tapes en caresses, sur les joues par exemple.
Je ne sais pas si il y a une méthode consacrée pour réagir dans ces cas. On lit souvent que cette attitude cherche seulement à attirer notre attention, peut-être également à tester les limites et vérifier la cohérence des parents dans la réponse apportée.

Toujours est-il que je me suis sentie assez mal à l’aise vis-à-vis de la petite fille, de ses parents et des autres enfants au vu toute la « scène » que cette situation a générée. Un relan de notre société hyper autoritaire m’a également interpellée: « aurais-je dû
me fâcher ? suis-je passée pour laxiste ? » S’agissant d’un bébé de 16 mois, j’ai mal d’écrire ces mots mais je dois aussi avouer que
cette idée m’a traversée l’esprit.

Je dois aussi avouer que vu le sourire qui gagnait MiniJoie, je l’ai trouvé craquante… J’ai aussi senti une pointe de fierté devant ma fille qui semble tout à fait de taille à se défendre (#badmother ?) Ceci dit, de là à attaquer ?!?! ça me laisse un peu perplexe…
Il faut cependant reconnaître, à sa décharge, que l’autre petite fille l’avait un peu cherchée en montant dans la charrette avec une
compote à la main… Connaissant l’appétit de MiniJoie, cette provocation était de taille à la mettre de mauvaise humeur !!!
#humour

Publicités